Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Surveillance générale en temps de pandémie

Audio 19:30
Le projet baptisé StopCovid est une application pour smartphone dont le but serait de « limiter la diffusion du Covid-19 » (Photo d'illustration).
Le projet baptisé StopCovid est une application pour smartphone dont le but serait de « limiter la diffusion du Covid-19 » (Photo d'illustration). Olivier DOULIERY / AFP
Par : Frédérique Lebel
22 mn

Est-ce le prix à payer pour pouvoir ressortir de chez soi ? Pour éviter une nouvelle vague virale ? Avec le déconfinement, tous les pays européens réfléchissent à des applications de traçage sur nos portables. Pour suivre et prévenir les gens que nous rencontrons, si l’un de nous tombe malade.

Publicité

Mais quel dispositif employer, faut-il centraliser les données ou laisser la main à Apple et Google. En Allemagne, le débat a été violent. À Berlin, Julien Méchaussie.

Et en Autriche, premier pays à avoir commencé à déconfiner, l’application est prête depuis le 25 mars 2020. Un modèle du genre, en tout cas sur le papier, Céline Beal.

Et pour ceux qui penseraient que la gestion de cette surveillance est purement du ressort des États, la Commission européenne est venue se rappeler à leurs bons souvenirs. Il y a bien des règles démocratiques à respecter. Les explications de Laxmi Lota.

Ces garde-fous européens, la Pologne ne semble en avoir cure. 100 000 Polonais ont été placés chez eux en quarantaine, avec une application de surveillance obligatoire particulièrement peu respectueuse de leurs droits. Mais ce n'est pas vraiment un débat. À Varsovie, Thomas Giraudeau.

Les mois de mai et juin sont traditionnellement des mois d’ examens pour les étudiants. Comment les organiser en limitant les risques de triche ? Certaines universités en France auraient souhaité utiliser des logiciels spécialisés de télésurveillance, mais ce n’est pas du goût de tout le monde, Lise Verbeke.

Et on terminera cette émission sur un tout autre sujet. Un vrai vent de fraîcheur pour les Islandais qui ont retrouvé leurs piscines publiques, après deux mois de fermeture. Et ne croyez pas que c’est un détail ; les piscines sont comme les cafés en France et en Italie, les pubs en Angleterre, de vrais lieux de sociabilisation. À Reykjavik, Jérémie Richard.

(Rediffusion du 20 mai 2020)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.