Accéder au contenu principal
Éco d'ici éco d'ailleurs

L’affaire Huawei

Audio 48:30
REUTERS/Aly Song/File Photo

Donald Trump voudrait venir à bout de l’entreprise chinoise de télécommunications Huawei. Accusée de menacer la sécurité nationale des pays où elle s’implante, l’entreprise résiste. La pandémie de Covid-19 lui a permis de marquer des points. 

Publicité

L'un des principaux rendez-vous de l'actualité internationale d'ici la fin de l'année 2020 sera l'élection présidentielle américaine. Au cours de ses quatre années à la Maison Blanche, Donald Trump a fait de l'affrontement commercial avec la Chine, l'un des fondements de sa politique économique. Et jusqu'au dernier moment, il fera de ce dossier l'un des arguments en faveur de sa réélection. À cet affrontement commercial, s'ajoute un volet industriel dont la principale cible est l'entreprise de télécommunications Huawei. Selon les autorités américaines, Huawei est le cheval de Troie du parti communiste chinois. C'est ce qu'affirmait,  par exemple, au mois de mai 2019, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

Mais au-delà des craintes pour la sécurité américaine, quels sont les objectifs économiques sous-jacents ? Quelle menace représente Huawei pour l'économie américaine ? Cet affrontement est-il l'incarnation d'une démondialisation et restera-t-il dans l'histoire comme l'emblème de l'affrontement entre deux superpuissances ? Comment l'entreprise chinoise résiste-t-elle ?

Voici quelques-unes des questions soulevées par Jean-Pierre Boris dans cette émission, et auxquelles deux chercheurs de haut vol apportent leurs réponses.

Avec :
- Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie de l'Institut Montaigne. Il est en ce moment à Taiwan
- Sébastien Jean, économiste, directeur du CEPII, le principal think tank français en économie internationale. Il est également directeur de recherche à l’INRA, l’Institut national de la recherche agricole.

 


Huawei est très présent en Afrique avec un chiffre d’affaires total de 5,8 milliards de dollars américains en 2018 sur le continent, soit 4,7% du chiffre d’affaires mondial. L’un des pays de développement est le Sénégal, où le géant chinois s’est installé en 2005. Il vient de lancer un partenariat avec le ministère de l’Éducation et l’Unesco pour soutenir des actions d’éducation et de formation numérique et digitale.

Huawei au Sénégal

Un reportage de Théa Ollivier à Dakar

Huawei espère pouvoir s'arranger de l'arrêt des livraisons des puces par le géant taiwanais TSMC. Loïse Tamalgo, en charge des relations publiques pour l'Afrique Subsaharienne de Huawei Northern Africa livre son analyse sur la situation.
 

Entretien avec Loïse Tamago

Un entretien de Théa Ollivier à Dakar

Depuis 2017, Huawei s'est énormément développée en Amérique Latine, par la vente de téléphones mais aussi la construction d'infrastructures de télécommunications. Au Chili, l'entreprise chinoise contrôle un quart du marché des téléphones portables, et a participé l'an dernier (2019) à un vaste chantier pour relier l'extrême sud de la Patagonie au réseau national de fibre optique. Mais, Huawei vient de subir un revers dans le pays sud-américain : sa proposition de câble Transpacifique entre le Chili et la Chine a été écartée au profit d'un autre tracé, vers l'Australie.

Au Chili, les affaires ne fonctionnnent pas comme prévu

Un reportage de Justine Fontaine à Santiago du Chili

Malgré la pression américaine, le continent africain africain reste sensible à l'offre de la compagnie chinoise. Huawei y est déjà bien établie, puisque qu’elle a mis sur pied près de 70% des infrastructures 4G du continent, et entend bien être l’acteur-clé de la 5G, comme elle l'a déjà démontré en Afrique du Sud.

L'Afrique du Sud, un marché de choix pour Huawei

Un reportage de Claire Bargelès à Johannesbourg

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.