Accéder au contenu principal
Les dessous de l'infox, la chronique

Trump discrédite le vote par correspondance, sans preuve

Audio 03:59
Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 3 août 2020.
Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 3 août 2020. AP Photo/Alex Brandon
Par : Sophie Malibeaux
9 mn

Moment clef du débat Trump-Biden, qui s’est tenu ce mardi 29 septembre à Cleveland, le président sortant refuse de s’engager pour une transition pacifique, au prétexte d’une fraude généralisée concernant le vote par correspondance. Manquent les preuves.

Publicité

C’est une accusation qu’il martèle depuis des mois sur Twitter, le système de vote par correspondance serait compromis par de multiples tentatives de manipulations, que le président sortant impute à ses adversaires démocrates. Pour Donald Trump, il n’y a pas de place pour le doute, la fraude est d’ores et déjà avérée.

Voici ce que le candidat Trump déclarait, mardi 29 septembre, au bout d’une heure et vingt-six minutes de débat avec Joe Biden : « Ce scrutin, c’est une catastrophe. Ils envoient des millions de bulletins à travers le pays. […] Il y a des fraudes, on l’a vu. On a trouvé des bulletins de vote pour Trump dans des corbeilles à papier. Ils envoient des bulletins partout. Tout le monde a deux bulletins chacun. Il va y avoir une fraude inédite ».

Le refus d’envisager l’alternance

Et Donald Trump de renchérir, « C’est une arnaque, dans tous les États dirigés par les démocrates, les bulletins sont vendus, jetés à la rivière. » Si bien que lorsque le modérateur du débat Chris Wallace demande aux deux candidats s’ils s’engagent à attendre la fin du décompte avant de crier victoire, Joe Biden s’y soumet, mais Donald Trump ne s’y résout pas.

Des allégations que réfute le candidat démocrate. Joe Biden s’en remet au FBI et aux responsables de la sécurité intérieure, qui n’ont fourni aucune preuve concernant une manipulation massive du vote par correspondance. Mais sur les réseaux sociaux, des vidéos circulent, des partisans de Trump relatent ici et là des irrégularités comme ces bulletins pro-Trump retrouvés dans une poubelle.

Les faits derrière ces accusations

Peut-on en conclure pour autant qu’un système de fraudes massives est à l’œuvre à ce stade ? En réalité, l’incident auquel Donald Trump se réfère concerne sept bulletins jetés par erreur. Erreur aussitôt dénoncée, aussitôt réparée, de nouveaux bulletins ayant été envoyés aux électeurs concernés.

La plupart des cas repérés pour le moment, sont des cas isolés que les partisans de Trump montent en épingle et qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux. Comme par exemple ces bulletins photographiés abandonnés dans la nature, qui sont en fait des bulletins de l’élection de 2018 qui n’auraient pu -en aucun cas- être recyclés lors du présent scrutin.

Le système postal en cause ?

Ce qui est vrai, c’est que les électeurs américains vont recourir massivement au vote par correspondance, plus encore que d’habitude, du fait des circonstances liées à la crise sanitaire du Covid-19. Or le président-candidat républicain redoute l’élargissement d’une base électorale plus favorable au camps démocrate. Pourtant, les craintes liées au coronavirus n’inciteront pas que les pro-Biden à voter par correspondance. Ils seraient près de 80 millions à opter pour cette formule à l’occasion de ces élections. À titre de comparaison, ils étaient 31 millions d’Américains à voter par correspondance lors des élections à mi-mandat en 2018, soit, le quart de l’électorat américain, selon le Brennan Center for Justice.

Ce qui fait dire à Donald Trump, « On n’est pas équipés pour gérer ça ». Affirmation démentie, notamment par la Brookings institution, l’un des plus prestigieux think-tank américain, spécialisé en sciences économiques et sociales, développement et gouvernance. La Brookings étudie ce mode d’élection par correspondance depuis de nombreuses années aux États-Unis et conclut à une proportion de fraudes infinitésimales ces 36 dernières années.

Un système électoral qui a fait ses preuves

Chiffres à l’appui, l’étude montre que les services postaux seront confrontés à une hausse momentanée de 17 % des courriers, mais -étalés sur plusieurs semaines- ce serait tout à fait gérable, selon les chercheurs de cet institut. Ils réfutent également les allégations formulées par Donald Trump dès le mois de juin, selon lesquels des millions de bulletins seront imprimés par des pays étrangers. Il n’y a pas le moindre début de preuve concernant ces accusations.

Et le New York Times va encore plus loin dans la réfutation de la fraude. Le journal publie une grande enquête montrant que l’administration Trump a tout fait, dans un premier temps, pour empêcher les services postaux de se mettre en ordre de bataille. Mais le retard aurait été comblé par la suite.

Les journalistes du New York Times établissent non seulement, le caractère contestable de la mise en cause du système de vote par correspondance, mais aussi le fait que les droits des électeurs ne sont pas non plus toujours respectés lorsqu’ils se déplacent dans les bureaux de vote le mardi des élections, ainsi qu’en témoignent les cas recensés dans cette enquête. Aux yeux de certains, le fait de s’y prendre par avance et par correspondance serait même une garantie de voir son bulletin enregistré dans les délais.

►Pour nous faire part de vos doutes concernant la véracité d’une info, une vidéo ou un document qui circulent sur les réseaux sociaux, le numéro du groupe WhatsApp « Les dessous de l’infox » : +336 89 07 61 09

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.