Accéder au contenu principal
Atelier des médias

Assises du journalisme 2020: «Informer aux temps du Covid», qu’est-ce qui a changé?

Audio 38:02
Ouverture des Assises du journalisme 2020 à Tours. Jérôme Bouvier, l'organisateur, est au micro.
Ouverture des Assises du journalisme 2020 à Tours. Jérôme Bouvier, l'organisateur, est au micro. Steven Jambot / RFI

L’Atelier des médias était à Tours pour des Assises internationales du journalisme 2020 entièrement consacrées au Covid-19. Dans cette émission, des journalistes, une historienne et un sociologue exposent les effets de la pandémie sur l’information, ceux qui la produisent et ceux qui la suivent.

Publicité

Les Assises du journalisme, c’est le rendez-vous annuel des professionnels de l’information. Objectif : questionner les pratiques, discuter des difficultés économiques des médias ou encore réfléchir à la place de l’information dans la société. Le thème de cette édition spéciale « Informer aux temps du Covid ».

Pour débuter, Jérôme Bouvier, président de l’association Journalisme et citoyenneté, organisateur des Assises du journalisme, explique pourquoi ce choix de thème unique et la nécessité de la retransmission de l'événement en direct sur YouTube alors que les restrictions sanitaires ne permettent pas d'accueillir plus de 200 participants. Il annonce aussi que le thème initial « Urgence climatique et responsabilité journalistique » n’est pas abandonné. Ce sera celui de la prochaine édition, au printemps 2021.

Dès debut mars, le Covid est devenu omniprésent dans les journaux télévisés français du soir en France qui ont d’ailleurs réalisé des cartons d’audience. C’est ce que nous explique Géraldine Poels, chargée de valorisation scientifique à l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Elle revient par ailleurs sur le rôle particulier joué par l’audiovisuel public durant le confinement. 

Durant cette crise sanitaire, pleine d’incertitudes, le public était en recherche d’informations. Si bien que les audiences numériques des médias ont explosé, rappelle Cyril Petit, directeur adjoint de la rédaction du Journal du dimanche (JDD). Dans le même temps, les ventes des journaux papier ont été compliquées par le confinement qui entraînait la limitation des déplacements et la fermeture de points de vente, mais aussi par la faillite de Presstalis, principal distributeur de la presse en France. La plupart des médias ont par ailleurs vu leurs revenus publicitaires diminuer, ce qui peut inquiéter. 

Une baisse de revenus pour les médias laisse craindre des répercussions sur les métiers du secteur, dont les journalistes. Jean-Marie Charon, sociologue des médias rattaché à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), esquisse déjà les premiers effets de la crise sur la profession alors que le nombre de journalistes encartés est en baisse constante et que près d’un quart des détenteurs de la carte de presse sont en situation de précarité. Le chercheur évoque aussi un nouveau sujet d’enquête qui s’est imposé à lui : il travaille sur les journalistes qui ont choisi de quitter la profession. 

Enfin, Jamy Gourmaud, journaliste et vulgarisateur scientifique, présentateur du Monde de Jamy sur France Télévisions, donne les clés pour informer et vulgariser en période de grande incertitude. Il revient aussi sur les raisons qui l’ont poussé à lancer sa chaîne YouTube durant le confinement. Celui qui se présente comme « passeur », et que la bio sur Twitter qualifie de « curieux et enthousiaste », donne sa vision de l’éducation aux médias et à l’information. 

En fin d’émission, Mondoblog audio est signé par le journaliste et blogueur béninois Chams-Dine Baguiri raconte comment l’office de radio et de télévision du Bénin s’est adapté à la pandémie en prenant l'exemple de Radio Parakou.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.