Accéder au contenu principal
Revue de presse française

À la Une: la Nouvelle-Calédonie, le "Caillou" dans la chaussure de la France

Audio 05:06
Ce 4 octobre 2020, la Nouvelle-Calédonie vote pour la deuxième fois en deux ans sur son indépendance vis-à-vis de la France.
Ce 4 octobre 2020, la Nouvelle-Calédonie vote pour la deuxième fois en deux ans sur son indépendance vis-à-vis de la France. Theo Rouby / AFP
10 mn

Publicité

Deuxième référendum d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie. France ou Kanaky, cet archipel du Pacifique-Sud battant pavillon français va décider de sa destinée.

Un électeur sur deux inscrits s’étant déjà déplacé avant midi, heure locale, la participation en mi-journée était en hausse de 8 points par rapport au précédent référendum de 2018 qui avait vu le « Non » l'emporter à près de 57% des voix.

Car pour la seconde fois en deux ans, cet archipel du Pacifique-Sud, aux antipodes de la France, qui le possède depuis cent soixante-sept ans, vote aujourd’hui pour choisir s'il restera dans la République ou deviendrait indépendant.

Cette semaine, le magazine La Croix L’Hebdo donne la parole à Emmanuel Kasarhérou, nouveau président du Musée du Quai-Branly-Jacques-Chirac, qui se revendique « autant descendant du colon que du colonisé ». Son espoir ? Que le corps politique calédonien puisse « trouver en son sein des hommes et des femmes de sagesse prêts à bâtir ensemble un avenir commun, comme Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou l’ont fait dans le passé. Je ne vois pas comment il peut en être autrement », dit ce fils d’un père kanak et d’une mère métropolitaine.

La Nouvelle Calédonie est « un petit pays où l’on se connaît tous un peu, souligne-t-il, on est allés dans les mêmes écoles… Il ne faut pas laisser la haine renaître (…) Nous sommes embarqués sur le même bateau ! Nous partageons la même eau, le même air, le même Caillou… dit encore Emmanuel Kasarhérou à cet hebdomadaire. C’est l’écoute qu’il faut désormais partager. L’histoire du descendant de colon comme celle du Kanak ont, à mes yeux, toutes deux vocation à être racontées ».

Paris : le bar est fermé

Coronavirus… La fermeture des bars à Paris à partir de demain… L’annonce est imminente.

Le gouvernement devrait l’annoncer ce dimanche. Les restaurants parisiens espèrent encore échapper à cette mesure de précaution. Selon un sondage Elabe pour BFMTV, 61% des Franciliens seraient favorables à la fermeture complète des bars à Paris et en petite couronne.

Un fauteuil pour deux à l’Elysée

Politique : si le premier tour de l’élection présidentielle en France avait lieu aujourd’hui, Emmanuel Macron et Marine Le Pen seraient au coude-à-coude, loin devant tous les autres candidats. C’est ce qu’indique un sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche. Emmanuel Macron engrangerait entre 23 et 26% des suffrages, Marine Le Pen entre 24 et 27%, étant rappelé qu’en 2017, Emmanuel Macron avait recueilli 24% des voix au premier tour, contre 21,3 à Marine Le Pen.

Quels qu’ils soient, les adversaires dans les urnes, arrivent loin derrière. En cas de candidature unique à gauche, Jean-Luc Mélenchon recueillerait 15% des voix, devant Anne Hidalgo et Yannick Jadot 13% tous les deux.

Le remède et le poison

« Pour » ou « contre » la légalisation du cannabis en France ? À droite, il n’y a pas photo, les « contre » l’emportent. La semaine dernière, dans Le Journal du Dimanche, trois élus Les Républicains s’étaient prononcés « pour ». Cette semaine, dans une deuxième tribune publiée par Le JDD encore, 80 élus LR et apparentés s'opposent à la légalisation du cannabis. « Il n'y a pas de « drogue douce ». La drogue est un poison, un fléau que nous devons combattre! », estiment-ils dans cet hebdomadaire.

Des romans au Mans : le festival Faites Lire !

Un peu de lecture pour conclure, avec le festival Faites Lire !, qui ouvre demain ses portes au Mans, centre-nord-ouest de la France, et qui se déroulera jusqu’à samedi. Cinq fois vingt-quatre heures du Mans, département de la Sarthe, connu pour ses rillettes, ses bolides et désormais ses livres.

Faites Lires ! En partenariat avec l’hebdomadaire L’Obs, Le Mans accueille une soixantaine d’événements dans le cadre de ce festival, signale cet hebdomadaire. Avec, dans le rôle du parrain de la manifestation, François Morel, qui s’est fait connaître du grand public français avec Les Deschiens, et qui est tout récemment l’auteur, avec son fils Valentin, d’un Dictionnaire amoureux de l’inutile (Plon).

Qu’est-ce que l’inutile ? Savoir par exemple « la taille du général de Gaulle, répond François Morel dans L’Obs. (…) C’est quand même difficile de relancer une conversation sur le gaullisme en disant : « À propos, vous savez qu’il mesurait 1,96 mètre ? » ».

Ou encore les « lotos-bouses », à découvrir dans le dictionnaire de François Morel. Probablement connaissez-vous le loto : des grilles à numéros, un animateur qui, dans une urne, effectue un tirage de numéros. Le premier qui remplit sa grille a gagné.

Le « loto bouses » est légèrement différent. « On divise un champ en grands carrés, avec des numéros, on met des vaches dedans, explique François Morel dans L’Obs. (Puis) on attend les bouses. Un gars vend des saucisses à l’entrée, ça peut occuper une après-midi ». Dans la Sarthe, cette semaine, il y aura bien mieux que les « loto bouses » pour passer le temps : le festival Faites Lire ! Alors, bon festival et bonne lecture…

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.