Accéder au contenu principal
Grand reportage

Tunisie: le problème de l'alcool frelaté, révélateur des maux d'une société marginalisée

Audio 19:30
Tunis (image d'illustration).
Tunis (image d'illustration). AFP / FETHI BELAID

En Tunisie, alors que la crise sanitaire s'aggrave, les problématiques économiques et sociales de l'après-révolution s'affirment de plus en plus, dix ans après le soulèvement qui a mis fin à la dictature. Le problème de la consommation d'alcool frelaté a été remis dans le débat, avec un fait divers en mai 2020 qui a ébranlé l'opinion publique.

Publicité

Plus de soixante personnes ont été intoxiqués au Quarres, une eau de cologne que les plus défavorisés ont l'habitude de boire, car moins cher que le vin ou la bière.

Sept personnes sont mortes, sans compter d'autres décès au cours de l'été, avec des causes similaires. Cette eau de cologne, vendue souvent au noir est parfois mal mélangée et trop concentrée en méthanol, créant aussi des effets secondaires néfastes. La mort de ces consommateurs, pour la plupart des jeunes, a ému l'opinion publique en Tunisie, mais elle a révélé aussi les problèmes de pauvreté, d'addiction et de marginalisation qui continuent de sévir dans le pays, malgré une transition démocratique en cours. 

Tunisie: le problème de l'alcool frelaté, révélateur des maux d'une société marginalisée, un Grand reportage de Lilia Blaise.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.