Vous m'en direz des nouvelles !

Étienne de Montety, les loups et l'agneau

Audio 48:30
Étienne de Montety publie «La Grande épreuve», aux éditions Stock.
Étienne de Montety publie «La Grande épreuve», aux éditions Stock. Patrice Normand

C’est un roman de la violence terroriste, celle qui s’est déchaînée et qui se déchaîne encore en France, comme le 26 juillet 2016, dans la petite église normande de Saint-Étienne du Rouvray ou tout récemment le 29 octobre 2020 dans la basilique Notre-Dame de Nice, sur la Côte d’Azur.

Publicité

Étienne de Montety écrit sur la fragilité : celle des êtres confrontés à la violence de leurs semblables ; la fragilité des esprits manipulés par des fauteurs de haine ; la fragilité de la foi face à la société et face à soi-même. C’est aussi un livre sur l’engagement : l’engagement spirituel d’un homme et d’une femme au service de Dieu, mais aussi l’engagement de deux jeunes garçons dans la spirale de la violence terroriste, au nom de Dieu. C’est également un livre sur la société française, sur ses démons intérieurs, sur ce qui la fait tenir, et sur ce qui la divise.

La Grande épreuve, d'Étienne de Montety est publié aux éditions Stock.

Reportage :
Ce dimanche, en Bolivie, s'est déroulée une festivité très spéciale : la fête des ñatitas, soit la fête des crânes, qui a lieu chaque 8 novembre, depuis des siècles, voire, peut-être des millénaires selon les experts. Des centaines de croyants se sont retrouvés au cimetière pour prier ensemble des crânes, leur faire des offrandes, et ils accomplissent ainsi, parfois, des miracles. Une tradition pré-hispanique toujours bien vivante en Bolivie. Reportage d’Alice Campaignolle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail