Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

La crise politique au Pérou donne la fièvre au marché du cuivre

Audio 01:43
Du concentré de cuivre extrait d'une mine péruvienne.
Du concentré de cuivre extrait d'une mine péruvienne. Getty Images/Bloomberg/Dado Galdieri

Avec un nouveau président par intérim, le Pérou commence à sortir d’une crise politique qui a fait bondir les cours du cuivre en début de semaine. La faute à la peur d’une paralysie de la production péruvienne de métal rouge, alors que les commandes de la Chine repartent de plus belle.

Publicité

La crise politique au Pérou a donné la fièvre au marché du cuivre, la tonne a dépassé les 7 000 dollars à la bourse des métaux de Londres, c’est un plus haut depuis près de deux ans et demi et un rebond de plus de 50% depuis le creux du mois de mars.

Le Pérou deuxième producteur mondial

Le pays latino-américain est le deuxième producteur mondial de métal rouge, derrière le Chili. Or, les manifestations menaçaient de ralentir la logistique de cette industrie, alors que le Covid-19 a déjà fortement amputé la production minière, faute de main-d’œuvre. Le Pérou est le pays le plus touché par la pandémie en terme de mortalité par habitant. Les exportations de cuivre péruvien ont déjà chuté de 18% entre janvier et septembre.

Rareté du concentré de cuivre

Alors même que le concentré de cuivre pour livraison rapprochée se fait rare en ce moment sur la planète. Les stocks mondiaux de cuivre ont fondu de 25%, ils sont historiquement bas. Car la Chine importe des quantités record de métal rouge : 5,6 millions de tonnes depuis le début de l’année, du jamais vu, malgré le coup de frein causé par le Covid-19.

Forte demande pour l’éolien en Chine

Le rebond de la construction, de l’automobile et de l’électroménager sont plus forts que prévu en Chine et les investissements dans les énergies renouvelables, en particulier l’éolien, sont massifs, or c’est le secteur où la demande de cuivre progresse le plus vite.

Nouveau contrat sur le cuivre à Shanghai

La Chine consomme déjà plus de la moitié du métal rouge mondial. Et elle entend orienter davantage les prix de cette matière première en lançant, jeudi 19 novembre 2020, à Shanghai, le premier contrat à terme chinois sur le cuivre qui sera ouvert aux investisseurs internationaux et pas seulement aux traders chinois. Un contrat qui pourrait faire référence dans la région asiatique, mais pas encore au niveau mondial, tant que la monnaie chinoise, le yuan, ne sera pas librement convertible.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.