Afrique économie

Burkina Faso: Ouagadougou rénove sa grande gare routière

Audio 02:21
La gare routière de Ouagadougou «Ouaga Inter» au Burkina Faso en avril 2021.
La gare routière de Ouagadougou «Ouaga Inter» au Burkina Faso en avril 2021. © RFI/Yaya Boudani

Au Burkina Faso, la gare appelée « Ouaga Inter » fait peau neuve. Elle vient d’être reconstruite grâce à un financement de l’Agence française de développement. Cette gare est la première d’une série en construction pour désengorger les quartiers de la capitale. Plusieurs compagnies de transport desservant les villes de l’intérieur et hors du pays sont en effet installées de façon anarchique dans différents quartiers de la ville, ce qui occasionne des perturbations de la circulation. Cette nouvelle gare inaugure donc une ère plus rationnelle dans les transports de Ouagadougou.

Publicité

La nouvelle gare occupe une superficie de plus d’un hectare et demi. Elle permettra de désengorger les quartiers de la capitale. « Dans tous les quartiers de la ville, vous avez des gares avec des compagnies de transport qui vont dans des directions diverses et qui gênent la circulation et surchargent les quartiers, explique Armand Pierre Beouindé, le maire de Ouagadougou. C'est cela que nous voulons résorber, avec ces projets d'installation de gares formelles, modernes. Il y aura des quais d'embarquement pour les petits bus, et des quais pour les grands bus. De l'éclairage public jusqu'à l'éclairage des bâtiments et les climatiseurs, tout est assuré par de l'énergie solaire. »

D'un coût d’environ 4 362 millions de francs CFA hors taxe et hors douane, la construction de la gare a été financée par l’Agence française de développement. « Au départ, c'est un prêt de l'AFD, qui a été pris par l'État burkinabé et rétrocédé sous forme de subvention à la municipalité de Ouagadougou, indique Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina Faso. On est très heureux, et je suis fier de cette belle réalisation. J'espère que tous les usagers de Ouagadougou vont l'utiliser pleinement. »

Pour la sécurité, la nouvelle gare dispose d’un commissariat de police. Selon les prévisions de la commune, les revenus des transporteurs seront en hausse de 25%. « Tu peux laisser ton camion, aller faire tes courses dehors et ton camion est en sécurité. Toi-même tu es en sécurité, et tes passagers aussi », se satisfait Amadoun Diandé, un transporteur.

Vincent Dabilgou, ministre des Transports et de la Mobilité urbaine, invite les transporteurs et usagers de cette nouvelle gare routière à faire en sorte que cette infrastructure soit un véritable outil de production : « Nous avions besoin de pouvoir gagner la bataille de l'entretien et de l'utilisation rationnelle des équipements. L'appel que je lance, c'est un appel à la discipline, à l'entretien et la propreté de la gare ».

Cette nouvelle gare va créer plus de 350 emplois directs et des milliers d’emplois indirects. Selon les estimations, elle rapportera à la commune une somme de 150 millions de francs CFA annuellement en termes de taxe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail