Alors on dit quoi

L'espoir de la parité en politique

Audio 48:30
Leslie Belem, étudiante Inseec Master 1 Relations internationales politiques.
Leslie Belem, étudiante Inseec Master 1 Relations internationales politiques. © Diara Ndiaye/RFI

«Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles», est le cinquième des objectifs de développement durable de l’ONU. Elles sont nombreuses ces inégalités, notamment concernant la participation équitable et le leadership des femmes dans la vie politique et publique. C’est un objectif à atteindre d’ici 2030 mais, pour ce volet, 107 ans sont encore nécessaires pour atteindre la parité dans les organes exécutifs et au Parlement, selon la présidente de l’Assemblée générale de l’ONU, María Fernanda Espinosa Garcés. 

Publicité

Un déséquilibre que l’on peut en partie expliquer par les normes, les traditions patriarcales souvent bien ancrées dans nos sociétés, et qui perdure. Oui, il y a des progrès : la représentation politique des femmes dans le monde a doublé, ces 25 dernières années, selon l’ONU. Mais en chiffres, cela ne représente qu’une femme sur quatre parmi les parlementaires.  

Pourtant, dans la plupart des pays du monde, rien n’empêche légalement parlant que les femmes se présentent aux élections. Dès lors, comment expliquer que la politique reste l’apanage des hommes ? Pourquoi les femmes ne sont-elles pas autant prises au sérieux que ces derniers ? Pourquoi l’écart persiste-t-il entre les deux sexes en politique ? Qu’est-ce qui explique cette réticence à faire confiance à la gente féminine ? Pour y répondre, des femmes actives sur le terrain au Mali, Niger, mais aussi au Congo ou en Côte d’Ivoire témoignent.

Invitée : Leslie Belem, étudiante Inseec Master 1 Relations internationales politiques.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail