Aujourd'hui l'économie

Pourquoi la voiture électrique cartonne en Europe

Audio 04:08
Le constructeur automobile suédois Volvo passera au tout électrique dès 2030. Ici, son nouveau modèle C40, présenté le 2 mars 2021, à Stockholm.
Le constructeur automobile suédois Volvo passera au tout électrique dès 2030. Ici, son nouveau modèle C40, présenté le 2 mars 2021, à Stockholm. via REUTERS - TT NEWS AGENCY

L’Europe est devenue en 2020 le premier marché mondial pour la voiture électrique. Les constructeurs accélèrent leur conversion pour répondre à cette nouvelle demande.   

Publicité

Quelque 1 400 000 véhicules électriques ont été vendus l’an dernier en Europe. En un an, la part de marché de cette motorisation a doublé. C’est un record absolu. C’est mieux qu’en Chine, et bien mieux qu’aux États-Unis, avec seulement 300 000 voitures électriques vendues dans ce pays. L’Europe est devenue soudainement l’eldorado du moteur électrique. Grâce aux subventions. À la consommation. Des ristournes de plusieurs milliers d’euros accordées par les gouvernements ont désinhibé les acheteurs. Et grâce aux aides massives à la production. Cette embellie de la demande accélère la conversion des constructeurs.    

Le Suédois Volvo passera au tout électrique dès 2030  

Cette annonce faite hier est assez spectaculaire, c'est le premier généraliste à basculer aussi rapidement dans cette nouvelle ère. Il prévoit aussi de généraliser les ventes en ligne, sur le modèle de Tesla. Les grandes marques sont sur la même voie. Pour Ford Europe, le tout électrique sera en 2030, pour Jaguar ce sera en 2025. 2025 c'est aussi l’année où le moteur thermique sera définitivement banni des routes de Norvège, le pays où l’on dénombre le plus de voiture électrique par habitant. Le Royaume Uni appliquera la même règle à partir de 2030. Partout en Europe les pouvoirs publics utilisent la carotte et surtout le bâton. L’Union européenne exerce une pression considérable sur les constructeurs en réduisant progressivement le seuil maximal des émissions autorisées de CO2. Cela fait partie de son plan global pour parvenir à zéro émission de carbone en 2050.  

Pour les industriels, les contraintes seront de plus en plus fortes tandis que les bonus sont amenés à disparaître

Et cela pourrait freiner brutalement cette envolée de l’électrique. On l’a vu en France avec la prime à la casse, sa disparition a immédiatement asséché le marché. On l’a vu aussi en Chine où les ventes électriques ont fortement chuté quand les subventions à l’achat ont été supprimées, le gouvernement chinois les a réintroduites en 2020 pour redonner de l’élan à un marché déprimé par la pandémie   

Quels sont les constructeurs qui profitent le plus de cette embellie du marché européen ?  

Pour le moment ce sont des Européens. Le groupe Volkswagen et sa ribambelle de marques, Audi, Skoda, Seat, Porsche, est de loin le premier vendeur de voitures électriques. Il est suivi par Stellantis, l’alliance formée par Peugeot et Fiat Chrysler. Stellantis qui est en train de négocier une aide du gouvernement britannique pour transformer une usine thermique en électrique. Puis viennent des sud-coréens, le français Renault et enfin des marques chinoises. Les Européens sont pour le moment dopés par les aides, mais il leur faut au plus vite investir pour sortir de nouveaux modèles à moindre coût, et donc à des prix compétitifs.  

Dans l’entrée de gamme, les Chinois sont de loin les mieux disant du marché. 

L'an dernier Wuling est devenu le premier constructeur électrique en Chine devant Tesla, avec sa petite citadine Mini vendue 3700 euros pièces sur le marché chinois. Wuling serait en discussion avec une entreprise lituanienne pour produire une version européenne du véhicule. Même si elle était vendue deux fois plus chère, cette voiture resterait de loin la plus attractive en termes de prix.   

►En bref  

- Microsoft accuse un groupe chinois d'avoir mené des cyberattaques via son serveur exchange.   Microsoft cite Hafnium, des hackers qui bénéficient du soutien des autorités chinoises. Ils agiraient depuis des comptes basés aux États-Unis. Ils ont ciblé des boites mail très particulières : celles de chercheurs spécialisés en maladies infectieuses et de sociétés du secteur de la défense.    

- Au Royaume Uni, le ministre des Finances présente aujourd'hui son premier budget post brexit, toujours axé sur le soutien à l'économie. Rishi Shunak devrait annoncer l'extension du programme de chômage partiel jusqu'à la fin septembre. Des aides sont également prévues pour les établissements culturels, les boîtes de nuit et les pubs.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail