Aujourd'hui l'économie

Pourquoi l’économie soudanaise est aux abois

Audio 03:58
En 2020, l’inflation est montée à 150% au Soudan, où les prix ont quintuplé. Des billets de banque soudanais dans un bureau de change, à Khartoum, en 2018.
En 2020, l’inflation est montée à 150% au Soudan, où les prix ont quintuplé. Des billets de banque soudanais dans un bureau de change, à Khartoum, en 2018. © ASHRAF SHAZLY / AFP

Les États créanciers du Soudan se réunissent ce lundi 17 mai à Paris pour soulager les finances de ce pays perclus de dettes. Le gouvernement de transition place beaucoup d’espoirs dans cette conférence internationale destinée à relancer son économie.

Publicité

La situation économique n'a cessé de se dégrader depuis la fin de la dictature islamiste. Sous la férule d'Omar el-Béchir, l’économie était déjà déliquescente. Les sanctions américaines contre ce pays classé comme soutien du terrorisme mises en place en 1993 l'ont coupé de sources de financement. La sécession du Sud Soudan a aggravé l'état des finances en privant Khartoum des revenus et des réserves de change du pétrole. Une énième hausse du prix du pain à la fin de l'année 2018 va entraîner des émeutes et balayer la dictature islamiste en quelques semaines. Cette colère sociale débouche sur une transition pacifique avec la promesse de restaurer le pouvoir d’achat et d’en finir avec la corruption qui gangrène l’économie.

Mais en ce mois de mai, les Soudanais doivent à nouveau faire la queue pour acheter du pain ou du carburant

L’inflation en 2020 est montée à 150 %, de quoi rivaliser avec celle du Zimbabwe ou du Venezuela. D'une année à l'autre, les prix ont quintuplé. La pression sur les prix n’est toujours pas retombée: d’après une étude de la Banque Mondiale publiée le 12 mai dernier : un ménage sur trois n’a pas pu s’acheter du pain ou des céréales la semaine précédant l’enquête. La pandémie a brutalement amplifié les difficultés du quotidien. D’après la même enquête, la majorité de ceux qui ont perdu leur travail à cause du Covid-19 n’ont pas encore repris d’activité. Les crues du Nil ont provoqué des inondations monstres à l’automne et ont exacerbé un peu plus le désarroi économique des habitants de la capitale.

Que fait le gouvernement pour améliorer le quotidien des Soudanais ?

Le Premier ministre est pris en étau entre deux nécessités, deux objectifs contradictoires à court terme. Il doit soulager la population et en même temps se conformer aux attentes du FMI pour rouvrir les vannes de l'aide internationale. Mais en finir avec les subventions qui dévorent près de la moitié des dépenses publiques, comme l'exige le fonds, contribue à la baisse du pouvoir d'achat. Celle du carburant a été supprimée mais pas celles bénéficiant aux médicaments, au pain et à l’électricité. Pour alléger le fardeau des ménages, un revenu universel de 5 dollars par mois devrait être distribué à 80 % de la population. La Banque mondiale finance ce programme. Mais la distribution a pris du retard pour des raisons techniques tandis que les prix continuent à grimper.

L’autre chantier titanesque concerne la réforme du marché des changes

En unifiant le marché officiel au marché noir, le gouvernement cherche à couper court à la corruption qui profite aux anciens caciques du régime d'Omar el-Béchir, ceux qui faisaient monter la livre soudanaise sur le marché parallèle ou qui organisaient le trafic de carburant pour échapper aux subventions. C'est aussi pour améliorer la transparence qu'un marché de l'or a été nouvellement créé. Pour faciliter le financement de l’économie, le Premier ministre a mis fin aux monopoles des banques islamiques. Mais pour valoriser les richesses du pays, le métal précieux, le pétrole, le sésame, la gomme arabique et bien sûr les terres fertiles de la vallée du Nil, le gouvernement espère obtenir aujourd'hui un accès renouvelé au financement, et pourquoi pas un apurement de sa dette extérieure.

En bref

Aux États-Unis, le géant des télécoms AT&T envisage de fusionner sa filiale media avec Discovery. L'opération pourrait être annoncée dans la journée. S'il voit le jour, ce nouveau géant de la télévision et du cinéma estimé à 150 milliards de dollars sera un sérieux concurrent aux plateformes Netflix et Disney+. Discovery contrôle deux chaînes dans le monde et AT&T est la plus grande entreprise mondiale de télécom en termes de chiffre d'affaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail