Le retour de la géopolitique dans le jeu énergétique

Audio 50:00
Des manifestants ukrainiens exigent un embargo sur le pétrole russe lors d'une manifestation devant les institutions de l'UE avant un sommet extraordinaire des dirigeants de l'UE sur l'Ukraine, à Bruxelles, lundi 30 mai 2022.
Des manifestants ukrainiens exigent un embargo sur le pétrole russe lors d'une manifestation devant les institutions de l'UE avant un sommet extraordinaire des dirigeants de l'UE sur l'Ukraine, à Bruxelles, lundi 30 mai 2022. AP - Olivier Matthys

Depuis le 24 février 2022, et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les 27 ont multiplié les mesures restrictives contre Moscou, déjouant les pronostics de divisions. Ils s’en sont pris au secteur financier russe, aux oligarques et autres proches du Kremlin, aux chaînes de télévision étatiques, et surtout au secteur russe de l’énergie. À compter du mois d’août 2022, ils se passeront de son charbon et d’ici à la fin de l’année, ils auront renoncé à 90% de leurs importations de pétrole russe.  

Publicité

Au total, depuis le début de la guerre en Ukraine, l’UE a acheté du gaz, du pétrole et du charbon russes pour plus de 60 milliards d'euros, permettant à Poutine de financer sa guerre.  

La suite s’annonce plus compliquée. Un embargo sur le gaz est-il possible, souhaitable ?  L’Europe peut-elle se passer du gaz russe ? Une nouvelle carte du monde énergétique est-elle en train de se dessiner ?

Invités 

  • Didier Holleaux, directeur général adjoint du Groupe ENGIE.  
  • Phuc Vinh Nguyen, chercheur en Politique française et européenne de l’Énergie à l’Institut Jacques Delors. 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail