Journal d'Haïti et des Amériques

Le droit à l’avortement de plus en plus menacé aux États-Unis

Audio 19:30
iStock / LSOphoto

Au Texas, il est désormais interdit d'avorter à partir du premier battement de cœur du fœtus. Après des années de tentatives, le Congrès local vient de voter une en ce sens, elle sera bientôt promulguée par le gouverneur. Le Texas est loin d'être un cas isolé. 2021 pourrait être une année charnière dans l’histoire du droit à l'IVG aux États-Unis.

Publicité

C’est un coup porté au droit à l’avortement. Jeudi 13 mai 2021, le Congrès du Texas interdit l’IVG après six semaines de grossesse, à partir du premier battement de cœur du fœtus, c'est-à-dire avant, le plus souvent, que la femme sache qu'elle est enceinte. Mais, cela va bien au-delà du Texas ou de l’Arkansas, autre État où la loi en la matière est particulièrement restrictive. Aujourd’hui, 40 % des Américaines en âge de procréer vivent dans un État hostile à l’avortement. C’est six fois plus qu’en l’an 2000, selon l’Institut Guttmacher qui répertorie, depuis le début de l’année, 536 projets de lois, dont une soixantaine déjà promulgués, à travers le pays. 2021 pourrait être une année charnière, selon cette institution.

  • Les Chiliens aux urnes ce week-end

Les 15 et 16 mai 2021, les électeurs chiliens sont appelés à élire les 155 membres de leur future Assemblée constituante qui aura un an maximum ensuite pour rédiger la nouvelle loi fondamentale du pays, en remplacement de celle issue de l'ère Pinochet. C'était l'une des demandes lors du soulèvement populaire de 2019 : mettre fin à un modèle inégalitaire défendu par cette Constitution écrite en pleine dictature. Les Chiliens élisent aussi ce week-end leurs maires, leurs conseillers municipaux, leurs gouverneurs, avant la présidentielle au mois de novembre 2021.

  • L’impunité de la police dénoncée en Haïti après une bavure policière

En Haïti, la mort de Peguy Siméon suscite un nouveau ras-le-bol des citoyens dans un contexte d’insécurité. Ce jeune homme avait été jeté d’un bus par un policier, puis roué de coups. Les faits se sont déroulés, le 8 mai 2021, mais c’est cette semaine que le sujet a connu un écho national après la diffusion, sur les réseaux sociaux, d’une vidéo de la scène. La police assure que la justice sera saisie pour mettre en lumière les responsabilités de chaque agent de la PNH éventuellement impliqué, mais les organisations de défense des droits humains peinent à y croire et dénoncent l’impunité qui perdure au sein de la police.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail