La marche du monde

Les voix du goulag (4/6)

Audio 48:30
Henry Welsh à l'orphelinat de Leninabad au Tadjikistan.
Henry Welsh à l'orphelinat de Leninabad au Tadjikistan. © CNRS/RFI

Retour sur une histoire méconnue, une histoire longtemps occultée par la guerre froide et la division de l’Europe en deux blocs, celui de l’Est et de l’Ouest… Tandis que les Alliés fêtaient la victoire contre les nazis en 1945, la Russie de Staline continuait de déporter des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants dans les camps et les villages du goulag. Des Européens pour qui Staline n’est pas un héros, mais un bourreau. Des Européens pour qui l’Union soviétique n’est pas la puissance libératrice, mais la puissance colonisatrice. 

Publicité

Dès 1939 et jusqu’au début des années 50, des familles polonaises, hongroises, tchèques, allemandes, lituaniennes, ukrainiennes, estoniennes, lettones et roumaines sont arrachées de leur foyer et déroutées de leur destinée. Avec les chercheurs Alain Blum et Marta Craveri, nous avons entrepris de les rechercher, pendant cinq ans, pour les enregistrer et créer les Archives sonores du goulag*. Des récits de survie et de résistance à la répression, au froid et à la faim, des récits de jeunes adultes et d’enfants où sont mêlées les plus grandes peines, mais aussi parfois les plus grandes joies… « Une école amère », selon l’une des rescapées Klara Hartman.

 

Épisode 4 : Des histoires juives

Ils s’appellent Téodor Shanin, Rafails Rosental, et Henry Welsh, ils sont lituanien, letton et polonais et ils incarnent l’histoire la plus inédite révélée par notre grande enquête RFI/CERCEC sur les Européens du Goulag…  c’est celle des juifs déportés par les soviétiques en URSS, et paradoxalement sauvés de l’extermination des nazis.

Téodor, Rafails et Henry ont été déplacés de force encore enfants, car leurs parents faisaient partie des catégories considérées comme ennemis potentiels. Ils se sont donc retrouvés au goulag en URSS au moment de l’invasion allemande, qui annonçait l’anéantissement de leurs familles par les commandos nazis. Ils ont connu les mêmes expériences : la pénurie, le froid, la faim, la solitude, mais pas le même destin.

*Archives sonores du goulag

Cette série documentaire est réalisée dans le cadre du projet «ARCHIVES SONORES-MÉMOIRES EUROPÉENNES DU GOULAG © CNRS/RFI» : Les archives sonores du goulag sont le fruit d’une enquête sans précédent, menée par une équipe de 13 chercheurs de huit nationalités différentes, coordonnée par le CERCEC (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen, CNRS/EHESS) en collaboration avec RFI. Plus de 160 témoignages, soit 300 heures de son dans 11 langues, ont été recueillis en Europe Centrale et Orientale, également au Kazakhstan et en Sibérie, entre 2008 et 2010. Ces archives sont nées de la volonté commune d’Alain Blum, Marta Craveri, tous deux chercheurs au CERCEC et Valérie Nivelon, journaliste et productrice à RFI de permettre aux survivants européens de la répression soviétique de témoigner.

 

https://bvt.r66net.com/Images/logo-invibes-grey.svg

À lire : 

- Déportés en URSS. Récits d’Européens au goulag, de Valérie Nivelon, Alain Blum et Marta Craveri, éditions Autrement, en partenariat avec RFI, le CNRS et le CERCEC.

«Déportés en URSS», dirigé par Alain Blum, Marta Craveri et Valérie Nivelon. En partenariat avec RFI, le CNRS et le CERCEC.
«Déportés en URSS», dirigé par Alain Blum, Marta Craveri et Valérie Nivelon. En partenariat avec RFI, le CNRS et le CERCEC. © Éditions Autrement

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail