Littérature sans frontières

Vénus Khoury-Ghata, l'élégance d'écrire gaiement le désespoir

Audio 29:00
L'écrivaine Vénus Khoury-Ghata à son domicile (février 2021).
L'écrivaine Vénus Khoury-Ghata à son domicile (février 2021). © Catherine Fruchon-Toussaint/RFI

Née au Liban, Vénus Khoury-Ghata vit à Paris depuis 1972. Romancière et poète, elle est l’auteure d’une œuvre importante récompensée par plusieurs prix littéraires, dont le Goncourt de la Poésie. Chez Actes Sud, elle a publié une «Anthologie personnelle de poésie» (1997) ainsi que plusieurs romans : «La Maestra» (1996), «Le Moine, l'Ottoman et la Femme du grand argentier» (2004), «Une maison au bord des larmes» (2005) et «La Maison aux orties» (2006). Son nouveau roman «Ce qui reste des hommes» est une fiction enlevée qui aborde les sujets graves de la vieillesse, de la solitude et de la mort. 

Publicité

"Diane, qui a atteint un âge qu’on préfère taire, se rend dans une boutique de pompes funèbres pour acheter un caveau et se retrouve avec un emplacement prévu pour deux cercueils… Au fil de sa vie bohème, Diane a aimé des hommes, s’est lassée de certains, a été quittée par d’autres, a enterré celui qui comptait le plus. Bref, elle est seule, n’a même plus de chat, et il ne sera pas dit que cette solitude la poursuivra dans l’au-delà. La voilà qui recherche, parmi les encore vivants qui l’ont aimée, celui qui serait prêt à devenir son compagnon du grand sommeil.

Dans cette quête, elle est encouragée et volontiers taquinée par son amie de toujours, Hélène, veuve partie mettre en vente la villa sur la Riviera dans laquelle est mort son époux, et qui trouve là une manière inattendue d’ensoleiller sa vie.

Ce roman aussi grave que fantasque, qui parle de mort, de solitude et de chagrin avec l’élégance de la légèreté, offre deux portraits de vieilles dames indignes délicieusement complices, bouleversantes et merveilleusement inspirantes." (Présentation des éditions Actes Sud)

Couverture du nouveau roman de Vénus Khoury-Ghata
Couverture du nouveau roman de Vénus Khoury-Ghata © Actes Sud

 

Également cités : "Ton chant est plus long que ton souffle", entretiens avec Caroline Boidé, aux éditions Écriture et "Lune n'est lune que pour le chat", aux éditions Bruno Doucey.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail