Nouvelles technologies

Une application qui diagnostique l’antibiorésistance

Audio 02:08
Capture d'écran de la vidéo de présentation de l'application Antibiogo, réalisée par Médecins Sans Frontières (MSF).
Capture d'écran de la vidéo de présentation de l'application Antibiogo, réalisée par Médecins Sans Frontières (MSF). © YouTube/Médecins Sans Frontières (MSF)

À la demande de la fondation Médecins Sans Frontières et pour répondre à un enjeu majeur de santé publique dans le monde, des chercheurs et des ingénieurs français ont développé une application pour mobile capable de faciliter le diagnostic de la résistance aux antibiotiques.

Publicité

L'application qui se nomme Antibiogo fonctionne sans connexion internet, un point essentiel pour une utilisation dans des pays à faibles ressources, exigeait la fondation Médecins Sans Frontières qui est à l’origine du projet. Développée en collaboration avec des chercheurs et des ingénieurs de l’université d’Évry, du Centre de recherche nationale scientifique ou encore du service de bactériologie et virologie de l’hôpital Henri-Mondor de l’AP-HP, cette application mobile est capable de faciliter le diagnostic de l’antibiorésistance. Tout le dispositif est basé sur un programme d’intelligence artificielle, permettant d’analyser des photos d’échantillons biologiques qui ont été réalisées avec un simple Smartphone, nous précise Marco Pascucci, docteur en physique à l'université d'Évry et à la Fondation Médecins Sans Frontières.

« Le choix le plus important que nous avons fait est d’avoir développé ce système d’analyse pour des smartphones, car on trouve des mobiles dans toutes les régions du monde. Pas besoin dans ce cas d’investir dans des infrastructures majeures coûteuses et les écosystèmes logiciels permettent une installation assez simple de cette application. Concrètement, le programme vous demande de réaliser la photo avec votre mobile d’une boite de pétri, c’est-à-dire un milieu de culture biologique dans lequel se trouvent des bactéries qui seront alors imbibées d’antibiotiques pour observer leurs réactions. La photo numérique fera l’objet d’un traitement automatique de l’image pour extraire des données quantitatives sur les mesures et les informations récoltées. Elles seront ensuite analysées par le programme pour l’interprétation finale et l’identification de la résistance aux antibiotiques des bactéries qui infecteraient un patient. Les résultats préliminaires qui démontrent l’efficacité de ce dispositif comme outil de diagnostic ont été effectués au sein d’un hôpital à Amman en Jordanie, qui s’occupe, entre autres, des réfugiés victimes de guerre, arrivant souvent avec des infections multirésistantes aux antibiotiques. »

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la résistance croissante des micro-organismes aux antibiotiques pourrait devenir la première cause de mortalité dans le monde d’ici à 2050. Avec 10 millions de morts par an, près de 90% de ces décès se produiraient en Asie et en Afrique. Des régions qui, faute de moyens techniques, ne sont déjà plus en mesure de soigner les personnes infectées par des bactéries multirésistantes. L’application Antibiogo sera distribuée gratuitement dans le monde entier aux personnels de santé dépourvus de laboratoires d’analyses biologiques. Après, évidemment, sa validation clinique et une certification CE, qui sera délivrée par les instances sanitaires européennes.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail