Reportage international

En Russie, la promesse d'une vie éternelle

Audio 02:32
Mannequin de démonstration. Les corps cryogénisés sont conservés dans de l’azote liquide, à -196°C.
Mannequin de démonstration. Les corps cryogénisés sont conservés dans de l’azote liquide, à -196°C. © Kryorus

En Russie, une entreprise s’est lancée dans l’aventure de la cryogénisation il y a plus de 15 ans. Elle a « congelé » à ce jour 80 personnes, dont les corps sont conservés dans la région de Moscou. 

Publicité

De notre correspondant à Moscou,

À première vue, les locaux de Kryorus n’inspirent guère confiance… Un hangar de tôle, située dans la lointaine banlieue de Moscou, et à l’intérieur, trois immenses containers blancs. C’est là que sont entreposés les « clients » de Kryorus.

Valeria Oudalova est la directrice de cette entreprise un peu particulière. Elle explique le processus. « Après le décès, le sang est évacué du corps. Ensuite, un système de vitrification permet d’éviter la formation de cristaux. Puis, nous plongeons le corps dans l’un de ces containers. Nos patients y sont conservés dans de l’azote liquide, à une température de -196 ° C. Ils sont placés verticalement, la tête en bas… » 

À ce jour, Kryorus a congelé 80 personnes, et 45 animaux de compagnie. L’entreprise offre deux options : la conservation du corps pour 30 000 euros, ou celle du cerveau seulement, pour 12 000 euros. 

Espoirs d’une nouvelle vie meilleure

Elena a 32 ans. Sa mère a été cryogénisée en décembre dernier, à l’âge de 71 ans. « Nous avons décidé de conserver son cerveau, car le cerveau, c’est comme une clé USB avec toutes les informations nécessaires sur la personne. Lorsque la science en sera capable, nous pourrons “recréer” un corps biologique nouveau. Peut-être même avec un ADN modifié qui empêchera les maladies… », espère-t-elle. 

Pour ses détracteurs la cryogénisation ressemble au mieux à de la mauvaise science-fiction, au pire à une véritable arnaque. Mais pas pour Elena qui envisage, elle aussi, de passer un contrat avec Kryorus.  

« Bien sûr j’ai pensé plusieurs fois aux retrouvailles avec maman. D’ailleurs, j’ai acheté un cahier pour noter tout ce qui se passe dans ma vie… Et quand on se retrouvera, je le lui donnerai à lire pour qu’elle sache ce qui s’est passé en son absence », dit Elena.

Offre soumise à conditions

Le contrat qui est signé avec le patient, précise que l’entreprise ne garantit qu’une seule chose : la conservation du corps. Pour le reste, comme l’explique Valeria Oudalova, il faudra s’en remettre aux progrès de la science. « Nous, ce qu’on propose, c’est de transporter une personne dans l’avenir, en espérant qu’un jour la science sera capable de la ranimer. C’est un pari scientifique, cela n’a rien de spirituel ou de religieux. C’est l’idée que le progrès n’a pas de limites », s’exclame Valeria Oudalova.

Tolérée en Russie et aux États-Unis, la cryogénisation est illégale dans de nombreux pays, dont la France. L’entreprise russe espère d’ailleurs développer son offre auprès des Européens - Kryorus a déjà congelé les corps de 22 étrangers, dont 2 Français. En Russie l’offre est du reste beaucoup moins onéreuse qu’aux États-Unis, où il faut débourser près de 200 000 dollars pour cette promesse de vie éternelle. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail