Reportage international

Les colons israéliens, protégés par l’armée, font régner la terreur auprès des Palestiniens

Audio 02:30
Un homme s'adresse à des soldats israéliens pendant une manifestation de colons israéliens, près de Hébron, en juin 2021.
Un homme s'adresse à des soldats israéliens pendant une manifestation de colons israéliens, près de Hébron, en juin 2021. © REUTERS/Mussa Issa Qawasma

L’ONG israélienne Breaking The Silence publie ce 21 juillet des témoignages accablants sur la violence des colons juifs dans les territoires palestiniens occupés. Depuis sa création en 2004, cette organisation recueille la parole d’anciens soldats israéliens, qui brisent la loi du silence pour dénoncer l’occupation. Dans les collines au sud de la ville d’Hébron, où les colonies ne cessent de s’étendre, les colons protégés par l’armée volent en toute impunité les terres des Palestiniens et font régner la terreur.

Publicité

De notre envoyé spécial à Atwani,

Mener son troupeau vers son propre pâturage est un véritable défi pour Sami, un jeune palestinien de 23 ans. « En tant que berger, on est attaqués presque tous jours par les colons. Bien sûr, ces agressions se passent sous les yeux des soldats israéliens, mais eux, ils ne sont là que pour protéger les colons. Quand les colons brûlent nos maisons, coupent nos arbres, l’armée n’intervient pas. L’objectif de l’occupation est de nous chasser d’ici, et d’annexer nos terres », explique Sami.

Depuis le début des années 1980, Atwani, le village de Sami, aurait perdu près de 40 % de ses terres, selon ses habitants. « Vous voyez ce terrain, c’est la propriété privée de ma famille, la famille Herini. Dans ce bois là-bas, c’est la colonie de Havat Maon, et sur la colline, c’est la principale colonie de Maon qui a été construite sur nos terres en 1983. À l’époque, Israël les a décrétées comme propriété de l’État, puis elles ont été données à des colons. Ils se sont d’abord installés au sommet de la colline, et depuis, tous les deux-trois ans, ils s’étendent sur nos terres », ajoute-t-il. 

Impunité totale pour les colons

Les colons, au service de la politique d’expansion israélienne, bénéficient d’une impunité totale. À Atwani, des Israéliens, militants des droits de l’Homme, vivent avec les Palestiniens et documentent régulièrement les violences des colons. Ori Givati, ancien soldat, et membre de Breaking The Silence, raconte l’absurdité de la situation créée par Israël dans ces territoires depuis des décennies.

« Les enfants des environs, qui viennent à l’école ici à Atwani, ont été attaqués par les colons. Je parle d’enfants qui sont à l’école primaire, qui ont cinq, six ans. Et devant la multiplication de ces attaques, des militants du monde entier sont venus ici pour escorter ces enfants jusqu’à l’école. En 2004, deux de ces militants ont été violemment agressés par des colons, qui les ont grièvement blessés », dit Ori Givati.

Puis d’ajouter : « À la suite de cela, il y a eu des débats à ce sujet au Parlement israélien. Et la commission de protection des droits de l’enfant a décidé que, tous les matins, les enfants palestiniens seraient accompagnés à l’école par des soldats israéliens. Et depuis 2004 jusqu’à aujourd’hui, tous les jours une Jeep de l’armée roule à côté de ces enfants jusqu’à l’entrée de l’école. Partout ailleurs dans le monde, la solution aurait été d’arrêter les criminels. Imaginez un instant : vous vivez à Tel-Aviv et quelqu’un vous agresse. Au lieu de l’arrêter, la police vous dit : “ne vous inquiétez pas, nous allons marcher à côté de vous dans la rue jusqu’à la fin de votre vie”… ». 

Dans ces territoires palestiniens occupés, Israël multiplie les lois absurdes. Avec un objectif : rendre la vie impossible aux Palestiniens, pour les pousser à partir. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail