Revue de presse internationale

À la Une: les États-Unis exhortent Paris et Londres à rapatrier leurs combattants de Daech

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken demande à la France et au Royaume-Uni de rapatrier leurs citoyens anciens combattants du groupe État islamique enfermés dans des camps en Irak et en Syrie.
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken demande à la France et au Royaume-Uni de rapatrier leurs citoyens anciens combattants du groupe État islamique enfermés dans des camps en Irak et en Syrie. © AFP/Denis Balibouse/Pool

Publicité

Pour les Américains, « le maintien en détention d’anciens combattants du groupe État islamique dans des camps irakiens et syriens est intenable », titre le Guardian qui reprend, comme une grande partie de la presse, les mots du secrétaire d’État américain Antony Blinken. Deux ans après l’écrasement de Daech, « 60 000 anciens combattants seraient détenus dans le nord de la Syrie », souligne le quotidien belge Le Soir qui explique les réticences française et britannique à rapatrier leurs citoyens par la crainte « de n’avoir aucun moyen de les poursuivre de manière fiable », « Paris et Londres, dit le quotidien, craignent que les tribunaux exigent que les anciens combattants retrouvent leur liberté et imposent ainsi une charge importante aux services de renseignement ».

Réticences d’autant plus fortes dans ces deux pays marqués par des attentats terroristes, et qu’ils ne « souhaitent pas ramener chez eux des citoyens radicalisés », note de son côté le Washington Post. Pour autant, « l'organisation État islamique, au-delà de son expansion rapide en Afrique, se regroupe également en Irak et en Syrie », explique encore le Post qui pointe le danger « que ces dizaines de milliers de jeunes et d’enfants détenus dans les camps en Irak et en Syrie ne soient recrutés par Daech ». C’est en tout cas la grande crainte des commandants militaires américains sur le terrain, souligne le quotidien qui ajoute que Washington attend maintenant des « résultats dans les semaines et les mois à venir », sur le rapatriement des combattants étrangers.

L’Ouest américain frappé par une vague de chaleur extrême

Depuis trois jours « un dôme de chaleur », brûlant balaie tout le nord-ouest des États-Unis et du Canada, explique le Wall Street Journal, qui à l’instar de l’ensemble de la presse américaine décrit une véritable fournaise « provoquant des fissures sur les routes, la fermeture des écoles d’été et des transports en commun et une augmentation des admissions dans les hôpitaux ». Les records de chaleur tombent les uns après les autres. « Portland a atteint les 46 degrés hier, près de 42 à Seattle », ces deux grandes villes du nord-ouest des États-Unis connues pour leur climat tempéré, plutôt froid et humide, explique le Washington Post qui souligne que la palme a toutefois été décrochée par la ville de Lytton au Canada voisin « avec quelque 46,6 degrés ». Une « vague de chaleur exceptionnelle, mais qui ne devrait pas être une surprise », commente encore le Post qui souligne que « les études sur le changement climatique nous avertissent depuis 30 ans que c’est notre avenir ». Le quotidien américain qui rappelle les « 70 000 morts en Europe lors de la vague de chaleur de 2003, et les 50 000 en Russie en 2010 ».

Covid-19 : Inquiétudes en Indonésie où la pandémie touche les enfants

En Indonésie, ravagée par le Covid-19 « le nombre d’infections explose chez les enfants », titre The Age. Dans la capitale Jakarta, explique le quotidien australien, « 16 % des infections concernent désormais les enfants en bas âge, voire même les nourrissons », alors que l’Indonésie vient juste d’approuver la vaccination des enfants de plus de 12 ans.

Un record mondial d’infection infantile qui pourrait s’expliquer « par la malnutrition, mais également par la propagation du variant Delta », souligne The Age « beaucoup plus transmissible chez les enfants que les autres variants ». Seuls 5 % des 270 millions d’Indonésiens ont été entièrement vaccinés, note de son côté le Guardian qui s’interroge par ailleurs sur l’efficacité du vaccin chinois Sinovac « 10 des 26 médecins indonésiens qui sont morts du Covid ce mois-ci avaient été entièrement vaccinés avec Sinovac », souligne le quotidien britannique.

La perte de poids de Kim Jong-un fait pleurer les Nord-Coréens

Les spéculations sont relancées sur la santé du leader nord-coréen alors que la télévision d’État de Pyongyang a diffusé des interviews de citoyens nord-coréens pleurant (ouvertement) sur la perte de poids de leur grand leader. Une démarche rarissime dans un pays totalitaire où « la santé des dirigeants est un sujet totalement tabou », explique le Wall Street Journal.

« Est-il gravement malade ou a-t-il tout simplement suivi un régime ? », s’interroge La Repubblica qui n’exclut pas la première hypothèse, notant que malgré ses 37 ans, Kim est un gros fumeur et un gros buveur et que des rumeurs circulent, dit le quotidien italien, selon lesquelles « il pourrait être remplacé par sa sœur cadette Kim Yo-jong ». Autre théorie, beaucoup reprise dans la presse « le leader en surpoids se serait tout simplement mis à la diète », et le régime nord-coréen tenterait maintenant « de susciter la sympathie du public avec ces témoignages d’inquiétude sur sa santé », et pour mieux faire oublier la dégradation de la situation économique en Corée du Nord, analyse le Wall Street Journal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail