Revue de presse internationale

À la Une: malgré la menace du variant Delta, l'Angleterre va bientôt enlever le masque

Audio 05:15
Le conseiller scientifique en chef de la Grande-Bretagne, Patrick Vallance, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, et le médecin en chef de la Grande-Bretagne, Chris Whitty, tiennent une conférence de presse à l'occasion de l'annonce de l'assouplissement des restrictions britanniques contre le Covid-19, à Londres, en Grande-Bretagne, le 5 juillet 2021.
Le conseiller scientifique en chef de la Grande-Bretagne, Patrick Vallance, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, et le médecin en chef de la Grande-Bretagne, Chris Whitty, tiennent une conférence de presse à l'occasion de l'annonce de l'assouplissement des restrictions britanniques contre le Covid-19, à Londres, en Grande-Bretagne, le 5 juillet 2021. REUTERS - POOL

Publicité

Fin des restrictions annoncée pour le 19 juillet prochain. « C'est maintenant ou jamais », titre le Daily Telegraph reprenant les mots de Boris Johnson le Premier ministre britannique qui a ainsi justifié son intention d'abandonner les masques et la distanciation sociale « au motif que tout retard d'un retour à la normale ferait courir le risque d'une réouverture en automne ou en hiver lorsque le froid revient et que le virus a (donc) un avantage ». « Johnson joue avec la vie des gens », s'emporte le Daily Mirror, « Boris lance les dés », c'est « un pari » imprudent expliquent le tabloïd Métro, le Times et le Guardian qui souligne que « les changements annoncés devraient faire de l'Angleterre une exception dans une grande partie du reste du monde où les restrictions sont maintenues pour lutter contre les infections ». Et rien ne dit que les restrictions pourraient ne pas être « réimposées dès l'automne prochain », souligne de son côté le Financial Times qui note que Boris Johnson a admis « que les cas de Covid pourraient presque doubler pour atteindre 50 000 par jour », le 19 juillet prochain, date de la réouverture. Voilà qui laisse les britanniques « entre espoir et inquiétude », souligne le New York Times qui pointe la volonté de Londres « d'apprendre à vivre avec le virus », et note que « la flambée du nombre d'infections n'a pas conduit à une hausse proportionnelle des hospitalisations ou des décès ».

Indignation et tristesse en Inde après la mort du prisonnier politique Stan Swamy

Vives réactions en Inde après le décès lundi en prison de Stan Swamy un prêtre jésuite de 84 ans, atteint de la maladie de Parkinson et « à qui l'on a refusé une libération sous caution alors que sa santé se détériorait » à cause du Covid-19, explique le Guardian. Stan Swamy avait passé « cinq décennies à lutter pour les droits de la communauté tribale dans l'État du Jharkhand », rappelle encore le quotidien britannique qui souligne que son arrestation pour « des faits de terrorisme », il y a neuf mois « est régulièrement citée comme un exemple de la répression draconienne de la dissidence et de la persécution des militants des droits humains sous le gouvernement du BJP du 1er ministre Narendra Modi ».  L'Indian Express rapporte l'élan de colère suscité par sa mort parmi les avocats, les écrivains, les politiciens et les militants indiens. Pour le député Rahul Ghandi « Stan Swamy méritait la justice et l'humanité », la poétesse Meena Kandasamy dénonce elle « un meurtre judiciaire », « c'est l'État indien qui a tué le père Swamy », estime également le député du Congrès Jairam Ramesh.

En Égypte, l'Ever Given va être enfin libéré du Canal de Suez 

Plus de trois mois que le géant des mers japonais était retenu « en fourrière », avec son équipage « dans un lac entre deux tronçons du canal », explique le Japan Times, après avoir bloqué le canal de Suez pendant six jours au printemps dernier. L'Ever Given devrait être autorisé à « reprendre la mer dès demain mercredi », indique le site Egyptian Streets après qu'un accord ait finalement été conclu entre la SCA, l'Autorité du canal de Suez et le propriétaire japonais du navire. Le montant de l'indemnisation versée n'a pas été révélé, souligne le Japan Times qui rappelle que « selon la SCA, l'Égypte aurait perdu entre 12 et 15 millions de dollars de recettes pour chaque jour de fermeture du canal », après le naufrage . « L'Égypte a tout d'abord réclamé près d'un milliard de dollars de dédommagements, avant de réduire sa demande à 550 millions », note encore le quotidien japonais. Le président de l'Autorité du canal se félicite en tout cas « d'un règlement qui n'a pas eu d'impact sur la relation égypto-japonaise », souligne la presse égyptienne. 

Un troupeau d'éléphants va s'envoler d'Angleterre pour le Kenya

Une véritable première, « Première fois qu'un troupeau d'éléphants est (ainsi) réintroduit dans la nature », explique dans le Sun l'association Aspinall à l'origine de ce projet. « Treize éléphants nés et élevés en captivité dans un zoo du Kent près de Canterbury vont ainsi prendre l'avion et parcourir près de 7 000 kilomètres pour le Kenya », rapporte de son côté le Guardian qui souligne que les modalités d'un tel transport restent encore à définir précisément, le troupeau pesant au total 25 tonnes. « Les éléphants devraient voyager conscients, dans des caisses, surveillés pendant tout le vol par des vétérinaires », à leur arrivée au Kenya « ils seront également maintenus en enclos pendant six mois pour observer leur réaction au climat et aux maladies », précise encore le quotidien qui souligne que la fondation Aspinall a pour directrice de communication Carrie Johnson, l'épouse du Premier ministre britannique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail