Si loin si proche

Brixton, cœur Caraïbe

Audio 48:30
Fresque rasta sur Pope’s road, à l’entrée d’une des galeries du Brixton Village, marché couvert truffé de cafés et de boutiques.
Fresque rasta sur Pope’s road, à l’entrée d’une des galeries du Brixton Village, marché couvert truffé de cafés et de boutiques. © RFI/Vladimir Cagnolari

Dans ce quartier populaire du sud de Londres, bastion de la culture afro-caribéenne, l'histoire se lit sur le pavé et s'écoute en musique... reggae!  

Publicité

En 1948, le Windrush, navire de la Marine britannique, débarquait près de Londres avec à son bord près de 500 Caribéens venus s’installer en Angleterre, pour reconstruire le pays. Beaucoup posèrent leurs valises à Notting Hill mais surtout à Brixton, un quartier populaire du sud de Londres. Ils seront bientôt rejoints par des dizaines de milliers d’autres qui feront de Brixton l'un des hauts-lieux de la présence antillaise dans le pays. Dans les années 70, le quartier respirait la Jamaïque au son du reggae et des sound-systems. Il attirait aussi les punks, devenant ainsi un quartier rebelle, fief des contre-cultures à l’anglaise. 

Or, depuis une quinzaine d’années, comme d’autres coins de la capitale britannique, Brixton change et devient à la mode. Bars branchés, restaurants et clubs remplacent peu à peu les petits commerces d’antan, modifiant le visage de ce quartier mythique. Mais son histoire, singulière et métissée, pétrie de musique et de luttes dans une société longtemps hostile envers ses « Black British », est encore partout présente. Car sous les pavés de Brixton, Kingston est bien toujours là !

Un reportage de Vladimir Cagnolari (initialement diffusé le 21/07/2018).

En images

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail