Les dessous de l'infox, la chronique

Coronavirus: le professeur Raoult instrumentalisé sur les réseaux

Audio 03:34
Photomontage

Les internautes se sont emparés de la figure du professeur Didier Raoult, devenu pour certains le champion de la lutte contre le nouveau coronavirus. Sur les réseaux sociaux, son image est instrumentalisée par les conspirationnistes qui lui attribuent de fausses déclarations.

Publicité

Une image circule sur les réseaux sociaux, celle du professeur Didier Raoult soulevant le trophée de la Ligue des champions de football dans un stade plein à craquer, trophée soulevé, en réalité, par un autre Didier. Surla photo originale, c’est Didier Deschamps, capitaine de l’Olympique de Marseille qui brandit ce trophée en 1993 entouré des officiels de l’UEFA. Le photomontage saute aux yeux et prête à sourire. En revanche la légende sous la photo retouchée pose problème : « CHU Marseille, sur 701 cas traités à la chloroquine, 700 guérisons »… de quoi alimenter tous les espoirs quant au traitement préconisé par le professeur Raoult, à base de cette molécule utilisée par ailleurs dans les traitements antipaludéens.

Faux résultats…

En fait, ces chiffres sortent de nulle part. Même le professeur Raoult lui-même –ardent défenseur du traitement à l’hydroxychloroquine – ne communique pas de tels chiffres. Tout le monde peut accéder aux informations données par l’équipe du professeur Raoult sur le site de l’Institut hospitalier universitaire de Marseille Méditerranée qui publie ses résultats quotidiennement : le 2 avril, sur 2 837 personnes testées positives par l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille, 1 677 patients ont été traités à l’hydroxy chloroquine associée à un antibiotique, au sein de l’Institut hospitalier universitaire dirigé par le professeur Raoult. Il y a eu 22 décès recensés parmi les patients infectés dans cette région, dont 2 parmi ceux qui ont suivi le traitement préconisé par le professeur Raoult. Mais aucunes données ne sont fournies concernant le nombre de personnes guéries à ce jour.

Surtout, ces chiffres ne disent rien, en réalité, car l’on ignore l’état dans lequel se trouve les patients traités selon le protocole du professeur Raoult et ceux traités par ailleurs. Ce qui fait débat, et ce qui est reproché aux études fournies jusque-là par le professeur Raoult, c’est – entre autre – qu’il omette parfois de constituer ce que l’on appelle des « groupes de contrôle ». Lors d’une expérimentation, ce groupe témoin qui rassemble les individus auxquels le traitement n’a pas été administré, permet de juger de l’efficacité ou non du traitement. D’où la mise en garde contre les faux espoirs que pourrait susciter ce traitement. On manque encore de données scientifiques sur son efficacité. Ce que l’on sait en revanche, c’est qu’il est potentiellement dangereux en automédication. Il ne doit être administré que sous un suivi médical très strict.

… et fausses déclarations

Une autre façon d’instrumentaliser le professeur Raoult à son insu, ce message sur Facebook, attribué au professeur Raoult, dont voici un extrait : « J’appelle les Africains à ne pas prendre le vaccin qui sera bientôt mis en vente contre le coronavirus, ce vaccin contient du poison et les Occidentaux veulent anéantir l’Afrique. » En réalité, ce ne sont pas les mots du professeur Raoult. Le centre de recherche qu’il dirige les a formellement démentis. Ce message, comme tant d’autres circulant sur les réseaux sociaux, vient alimenter le discours anti vaccin propagé par les conspirationnistes, à coup d’infox, au détriment de l’information du public et de la santé des populations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail