Accéder au contenu principal
Reportage international

Autriche: des jeunes en service civil participent à la lutte contre le Covid-19

Audio 02:29
Les clients font la queue devant un magasin de vente de masque dans une rue commerçante de Vienne, le 20 avril 2020. (Image d'illustration)
Les clients font la queue devant un magasin de vente de masque dans une rue commerçante de Vienne, le 20 avril 2020. (Image d'illustration) ALEX HALADA/AFP

En Autriche, les jeunes en service civil participent à la lutte contre le coronavirus. En effet, la politique de tests du pays repose, en partie, sur les jeunes qui effectuent leur service civil au sein de la Croix-Rouge autrichienne. Il y en a actuellement plus de 4 000 au sein de l’association et leur contribution est essentielle. Reportage à Vienne de notre correspondante.

Publicité

Dans ce centre d’appel viennois dédié au « 1450 », le numéro mis en place pendant la crise du coronavirus, on est loin de l’agitation du mois de mars, où il y avait jusqu’à 22 000 appels quotidiens mais il y en a tout de même encore 800 à 1 000 par jour selon Roland Haller, responsable du centre.

« Lorsque des personnes appellent parce qu'elles ont des symptômes correspondants au Covid-19 ou qu'elles ont été en contact avec une personne infectée, on déclenche alors un test. Celui-ci est effectué par la Croix Rouge de Vienne en coopération avec d'autres acteurs : ce sont par exemple les laboratoires qui transmettent au final les résultats à l'autorité sanitaire de Vienne. »

A elle seule, la Croix-Rouge a déjà réalisé plus de 190 000 tests virologiques dans l’ensemble du pays. Pour les faire, elle se repose notamment sur les 4 000 jeunes qui effectuent leur service civil au sein de l’association, à l’instar de Katharina Reyzek, viennoise de 18 ans.

« Nous nous rendons chez les patients, équipés de cotons tiges. On en introduit un dans leur nez, un autre dans la gorge. Pour cette mission, nous sommes très protégés : nous portons des gants, des lunettes, un masque et une combinaison intégrale. Je n'ai donc pas peur. Je trouve ça bien de pouvoir aider les gens et de leur donner du courage, leur montrer qu'ils ne doivent pas non plus avoir peur. Cette expérience est très utile à mes yeux car on apprend beaucoup. Je me suis même rendue compte que je voulais continuer à faire ça et travailler dans ce domaine. »

Le rôle de ces jeunes en service civil est loin d’être négligeable dans la stratégie de test de l’Autriche, explique David Oberleitner, responsable des tests au sein de la Croix Rouge de Vienne.
« Quand les personnes appellent le 1450, on leur dit de rester chez elles et c’est nous qui venons à elles. Cette politique est claire et selon moi très judicieuse car on n’envoie pas les personnes potentiellement infectées ailleurs, elles n’ont pas à prendre les transports en commun, ce qui serait le pire des scénarios. Et puis, évidemment, cela libère des moyens dans les hôpitaux. Or nous ne pouvons réussir cela que parce que nous avons des personnes en service civil. »

L’état autrichien affirme pouvoir effectuer 70 000 tests par semaine. Une capacité pas totalement exploitée aujourd’hui car la situation sanitaire est bonne mais elle constitue, à coup sûr, une assurance pour l’avenir, alors que le pays est désormais largement déconfiné.

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.