Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le jade, une production dangereuse et opaque en Birmanie

Audio 01:54
Des pierres de jade sont examinées après extraction d'une mine, en Birmanie.
Des pierres de jade sont examinées après extraction d'une mine, en Birmanie. AP/Aung Shine Oo

Plus de 160 mineurs artisanaux ont été retrouvés morts, prisonniers de coulées de boues dans une mine de jade à ciel ouvert de Birmanie. La production de cette pierre précieuse est de plus en plus dangereuse et opaque.

Publicité

Le jade est une pierre verte et opaque, comme sa production en Birmanie qui fournit 90 % de l’offre mondiale. Le pays asiatique a beau avoir été admis au sein de l’Initiative pour la transparence des industries extractives, en 2014, personne n’arrive à savoir exactement ce qui est produit dans le pays. Dans son rapport à l’ITIE, la Birmanie donne le chiffre de 31 700 tonnes pour 2017-2018, valorisées à 118 milliards de kyat, la monnaie birmane, soit 87 millions de dollars.

Les déclarations des compagnies extractives ne correspondent pas aux données du gouvernement. Le groupe d’experts du National Resource Governance International Institute estime que les trois quarts de la production ne seraient pas comptabilisés. Sa valeur serait plutôt comprise entre 3,7 milliards de dollars et 43 milliards de dollars. Une fourchette très large !

Le jade vendu en Chine finance la guerre civile

Les raisons de cette opacité sont multiples. Pratiquement tout le jade extrait en Birmanie provient de la région de Hpakant où a eu lieu le drame, c’est-à-dire dans l’État de Kachin, en proie depuis des années à une guerre civile entre les indépendantistes et l’armée birmane. Les pierres précieuses partent clandestinement vers la Chine et financent les protagonistes du conflit.

À lire aussi : Birmanie: plus de 160 morts dans un glissement de terrain dans des mines de jade

Un schéma tristement classique, mais qui n’en est pas moins entré dans la modernité. Le commerce en ligne de pierre brute de jade est florissant à Ruili, dans le Yunnan, de l’autre côté de la frontière chinoise. Il favorise encore davantage la contrebande et les fraudes sur la qualité des pierres.

Les autorités birmanes ont tenté de limiter l’extension incontrôlée des mines de jade à ciel ouvert, parfois profondes de centaines de mètres, en décidant en 2016 un moratoire sur les nouvelles licences et en limitant à 2 hectares leur surface.

Les mineurs clandestins dans les anciennes mines

Beaucoup de grandes mines ont fermé. Mais comme elles ne sont plus surveillées, le terrain est envahi par des centaines de mineurs clandestins qui fouillent les résidus miniers à la recherche de pierre précieuse, au mépris du danger en période de mousson comme en ce moment. Ils ont été victimes des coulées de boues géantes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.