Accents d'Europe

Jeunesse: génération Covid ?

Audio 19:30
Des enfants utilisent des cerceaux dans une école de Fulham pour favoriser la distanciation sociale, au Royaume-Uni, pays le plus touché d'Europe, le 9 juin 2020.
Des enfants utilisent des cerceaux dans une école de Fulham pour favoriser la distanciation sociale, au Royaume-Uni, pays le plus touché d'Europe, le 9 juin 2020. REUTERS/Kevin Coombs

Dans les livres d'histoire, ils resteront peut-être comme la génération Covid, comme il y a eu les baby-boomers, ou les millenials... Pour ces jeunes, la crise sanitaire du coronavirus a beaucoup obscurci les perspectives d'avenir : travail, études, tout est bouleversé.

Publicité

En Espagne, comme en 2008, au lendemain de la crise économique, les portes du marché du travail se ferment. Et certains doivent émigrer pour espérer trouver d'autres opportunités ailleurs. Le reportage de Diane Cambon.

En Turquie, de plus en plus de jeunes rêvent de partir ailleurs.
Situation économique qui se dégrade sans cesse depuis deux ans, répression des voix dissidentes : un sondage récent révèle qu’une large majorité des Turcs de 15 à 25 ans souhaiteraient s’expatrier – y compris chez les partisans du président Recep Tayyip Erdogan. À Istanbul, le reportage d’Anne Andlauer.

Le vote des jeunes, un vote déterminant pour le second tour de la présidentielle en Pologne
En Pologne, les 18-29 ans détiennent peut-être la clé de l'élection présidentielle de ce dimanche 12 juillet 2020. À 3 jours du second tour, le président sortant, l’ultra-conservateur Andrzej Duda, et le maire libéral de Varsovie, Rafal Trzaskowski, sont au coude-à-coude dans les sondages.  Dans ce contexte, le choix des jeunes électeurs, plus de 2 millions de personnes au total pourrait être déterminant. Au premier tour, ils ont massivement voté pour des candidats éliminés. Thomas Giraudeau.

Écologistes et gauche à la tête des grandes villes européennes
Après l’élection de l’écologiste Michèle Rubirola au fauteuil de maire de Marseille, les élections municipales françaises se soldent par une forte poussée des Verts et de la gauche socialiste dans les grandes villes françaises. Si la droite reste nettement majoritaire parmi les maires des villes de plus de 20 000 habitants, elle perd en revanche sa prépondérance dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Qu’en est-il de la situation dans les grands pays voisins de la France ? C’est la chronique de Daniel Vigneron du site myeurop.info. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail