Géopolitique, le débat

Trump, fini le déni !

Audio 50:00
Lors d’une visite dans un hôpital militaire près de Washington, le président Trump a été vu pour la première fois masqué, le 11 juillet 2020.
Lors d’une visite dans un hôpital militaire près de Washington, le président Trump a été vu pour la première fois masqué, le 11 juillet 2020. REUTERS/Tasos Katopodis

À bientôt 100 jours de la présidentielle, critiqué pour sa gestion du coronavirus, Donald Trump a tenté, cette semaine, de reprendre la main en reconnaissant la gravité de la crise sanitaire. 

Publicité

À la Maison Blanche, le président a renoué pour la première fois, depuis fin avril 2020, avec les conférences de presse sur la Covid-19 appelées à redevenir plus régulières comme au plus fort de la pandémie. Les États-Unis, après avoir connu une amélioration vers la fin du printemps voient, depuis plusieurs semaines, l’épidémie repartir à la hausse notamment dans le sud et l’ouest du pays. C’est dans ce contexte que la campagne pour la présidentielle de novembre 2020 se déroule de la manière la plus atypique. Après un premier meeting raté du candidat Trump, en juin 2020, à Tulsa dans l’Oklahoma, finies désormais les grandes réunions publiques.

La Covid-19 s’est plus qu’invitée dans la vie politique et économique américaine et, selon toute attente, devrait influer sur les choix des électeurs, le 3 novembre 2020. Une perspective qui inquiète de plus en plus les Républicains dans la mesure où Donald Trump continue de payer cher sa gestion de la crise avec un taux d’approbation de sa politique générale ne dépassant pas 39%. La crainte des Républicains est de voir Donald Trump entraîner, dans sa chute, les candidats aux législatives. Le parti qui n’est pas majoritaire à la Chambre des représentants est désormais moins assuré que jamais de garder le contrôle du Sénat –lieu de pouvoir stratégique- la Chambre haute décidant des nominations, notamment à la Cour Suprême.

La Maison Blanche a-t-elle perdu pied ? Donald Trump est-il définitivement dépassé, ou des rebondissements peuvent-ils encore se produire ?

Invités :
Philip Golub, professeur de Relations internationales à l’Université Américaine de Paris.
Pierre Melandri, historien et professeur des Universités.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail