Accéder au contenu principal
Invité international

Accords de normalisation avec Israël: «faire front contre Téhéran»

Audio 06:22
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (g) et le roi du Bahreïn Hamad bin Isa al-Khalifa (montage photo AFP).
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (g) et le roi du Bahreïn Hamad bin Isa al-Khalifa (montage photo AFP). RONEN ZVULUN, Fayez Nureldine / AFP
Par : Florence Thomazeau
8 mn

Israël signe ce mardi 15 septembre à la Maison Blanche des accords historiques avec les Émirats arabes unis et Bahreïn qui bousculent les équilibres au Moyen-Orient, et sur lesquels compte Donald Trump pour se présenter en « faiseur de paix » à sept semaines de la présidentielle américaine.

Publicité

La double percée diplomatique rompt avec des décennies durant lesquelles il était inconcevable pour un pays arabe de reconnaître Israël sans un règlement de la question palestinienne. Seules l'Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994 avaient brisé ce tabou. Les Émirats et Bahreïn partagent avec Israël une animosité commune envers l'Iran, qui est aussi l'ennemi numéro un de Washington dans la région. Ces accords sont une victoire pour Benjamin Netanyahu et rapprochent Israël de son objectif d'être accepté dans la région.

L'analyse de Denis Charbit, professeur de science politique à l'Université ouverte d'Israël.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.