Accents d'Europe

Les remous de l’immobilier au temps du Covid

Audio 19:30
Entre 10000 et 25000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont manifesté à Berlin pour dénoncer la «folie des loyers» dans les grandes villes d'Allemagne. (image d'illustration)
Entre 10000 et 25000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont manifesté à Berlin pour dénoncer la «folie des loyers» dans les grandes villes d'Allemagne. (image d'illustration) REUTERS/Axel Schmidt

La peur du futur, et d’une perte de revenus. L’envie de partir au vert, loin des capitales bétonnées et sans vie. La fin des locations touristiques. Autant de facteurs qui ont bouleversé un marché immobilier pas toujours forcément à la baisse. C’est ce que nous allons voir chez nos voisins européens !

Publicité

En commençant par la capitale irlandaise ; on le sait peu, mais Dublin est une des villes les plus chères d’Europe, elle arrive dans les Top 10 des capitales les moins abordables. Les loyers y sont plus élevés qu’à Londres, Rome ou Barcelone. 2 000 euros pour un appartement avec deux chambres.

À Dublin, Emeline Vin nous explique comment la pandémie a un peu assagi le marché...

Et si la colocation a toujours été considérée comme une solution pour partager le loyer. On parle aujourd’hui aussi de coliving. Des immeubles spécifiquement conçus avec des espaces de vie commune et privée qui fleurissent un peu partout à Paris, Londres et Amsterdam.

En France, la pandémie devrait accentuer le mal logement. C’est en tout cas le constat de la fondation Abbé Pierre, qui note une baisse d’attribution de 20% des logements sociaux sur Paris. Les locataires ont eu peur de réaliser des états des lieux et ont surtout craint de bouger.

En Allemagne, les villes de Berlin et Hambourg qui ont vu les prix de l’immobilier doubler, voire tripler, au cours de la dernière décennie, les municipalités ont voulu reprendre la main. Dans la capitale, 40 terrains ont été attribués aux logements sociaux. Et à Hambourg, la mairie veut interdire la construction de maisons individuelles pour des raisons tant sociales qu’écologiques. Les explications en Allemagne de David Philippot.

Marché en baisse en Espagne. Avec le Covid, les touristes désertent les grandes villes touristiques. Résultat : l’offre est plus abondante et les loyers sont moins chers. De Madrid à Séville, les professionnels observent des baisses allant de 9 à 15%.

Plutôt une bonne nouvelle, Diane Cambon, pour tous ceux qui ont bien du mal à trouver un logement.

Et direction la Bulgarie, pour notre tour d’horizon européen. À Sofia et en province, le gouvernement n’a jamais imposé de confinement. Et pourtant, les habitants de la capitale ont eu tout de même le sentiment d’étouffer. C’est donc à un exode vers la campagne qu’assistent les professionnels de l’immobilier, avec des prix en hausse. Reportage en Bulgarie signé Damian Vodenitcharov.

Chronique livres, depuis Londres, avec Marie Billon

Encore un livre sur le Brexit… mais par un historien… de la France. Robert Tombes est spécialiste de l’histoire de l’hexagone mais a écrit plusieurs livres sur l’Angleterre, et ce dernier opus intitulé «This sovereign Isle», «cette île souveraine», retrace la généalogie du Brexit – dont il était un fervent  partisan... 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail