C'est pas du vent

Guinée-Bissau, les Bijagos sous pression

Audio 48:30
Dans un village Bijago à Urok.
Dans un village Bijago à Urok. © RFI/Igor Strauss

À 3 trois heures de bateau de la Guinée-Bissau, l’archipel des Bijagos, classé réserve de Biosphère par l’Unesco fait partie des plus beaux de la planète. Ses 88 îles abritent une biodiversité exceptionnelle autour de laquelle les habitants ont construit leur culture et leurs traditions. Mais, depuis quelques années, les sites sacrés et les animaux fétiches sont menacés par les expropriations, la surpêche et un tourisme irresponsable. Pour tenter de les protéger, le peuple bijago des 3 îles Urok a réussi à faire classer son territoire aire marine protégée communautaire.

Publicité

C’est la détermination de l’ONG Bissau-guinéenne Tiniguena, avec l’appui de plusieurs partenaires comme l’Institut de la biodiversité et des aires marines protégées, et la Fédération internationale du banc d’Arguin qui a payé. Mais, quels sont les résultats ? Est-ce que la création de cette Aire Marine Protégée communautaire a vraiment permis de préserver cette magnifique partie de l’archipel ? Igor Strauss est allé à la rencontre de ce peuple animiste et de ses paysages, entre terre ferme et bateau, mangrove et sable blanc.

Pour en savoir plus sur :

→ L’ONG Bissau-guinéenne Tiniguena

L’Institut de la biodiversité et des aires marines protégées

La Fédération internationales du banc d’Arguin.

(Rediffusion du 11 juillet 2019)

Diaporama

Diaporama

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail