Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Vers une nouvelle filière du graphite hors de Chine pour les véhicules électriques

Audio 01:57
Graphite (Image d'illustration)
Graphite (Image d'illustration) Getty Images - Lester V. Bergman

Ingrédient-clé de la mobilité électrique, le graphite a vu sa production minière décliner en 2020 à cause du Covid-19. Mais de nouveaux projets sont relancés cette année, dont une filière complète hors de Chine.

Publicité

Avec l’essor de la mobilité électrique, la production minière de graphite devrait croître de 8% cette année, estiment les analystes de Global Data. Un rebond après le repli de l’an dernier, où l’offre de graphite naturel s’était repliée de 15,5%. La faute au Covid-19 qui avait perturbé le travail sur de nombreux gisements et qui avait freiné la demande des aciéries, où le graphite est traditionnellement utilisé pour composer les électrodes des fours électriques.

70 kilos dans un véhicule électrique

La demande de véhicules électriques avait aussi marqué le pas. Or le graphite est un ingrédient-clé des batteries, avec le lithium, le nickel, le cobalt et le manganèse, puisqu'une batterie de véhicule électrique contient pas moins de 70 kilos de graphite.

Mais avec le coup de frein du Covid, la Chine, premier fournisseur mondial, avait diminué sa production de 5% en 2020. Le Brésil, troisième producteur de graphite, l'avait amputée de 4%. Le Mozambique était passé du 2ème au 6ème rang mondial en suspendant complètement l’exploitation du site de Balama, opéré par l’Australien Syrah Resources.

Nouveaux projets d’extraction en Afrique

L’activité devrait bientôt reprendre sur ce gisement mozambicain et l’offre devrait même s’étoffer de nouveaux projets dans les deux années qui viennent, avec le démarrage du gisement de Molo à Madagascar en 2021, de Montepuez au Mozambique et de Lindi Jumbo en Tanzanie en 2022. Ces nouvelles sources africaines d’approvisionnement pourraient permettre l’essor d’une nouvelle filière du graphite hors de Chine, puisque Syrah Resources qui opère le gisement mozambicain, a lancé une usine de fabrication d’anode de batteries aux États-Unis : à Vidalia, en Géorgie.

Usine d’anodes de batteries aux États-Unis

Une façon d'échapper à la Chine qui concentre non seulement les deux tiers de la production mondiale de minerai de graphite, mais surtout qui transforme plus de 90% des paillettes de graphite du monde entier en graphite sphérique, l’ingrédient-clé des anodes de batteries.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.