Chronique des matières premières

Thé rooibos: une première AOP africaine à Bruxelles

Audio 01:40
Une cuillère de rooibos, ou thé rouge.
Une cuillère de rooibos, ou thé rouge. Getty Images/Ullstein Bild

C'est une bonne nouvelle pour l'Afrique du Sud. Bruxelles a octroyé une AOP au thé rooibos. Cette appellation d'origine contrôlée, la première octroyée à un produit africain, devrait aider à la promotion de cette plante dans un secteur en pleine expansion.

Publicité

L'AOP, c'est une croissance sur le marché assurée pour le produit qui l'obtient. Alors pour le Conseil sud-africain du rooibos, cette nouvelle certification c'est évidemment une victoire. Et l'espoir d'aborder le marché de manière beaucoup plus agressive. Car le négoce du thé ne répond pas à un fonctionnement de marché classique que l'on retrouve pour les grandes céréales ou les métaux. Il s'agit surtout de marché de gré à gré, avec des écarts de prix énormes entre un thé robuste du matin  et un thé de grande qualité attachée à un jardin particulier par exemple.

L'obtention de l'appellation d'origine contrôlée, c'est la reconnaissance d'une production dans un terroir donné avec une transformation locale. C'est aussi l'assurance d'une communication sur mesure et gratuite, ce qu'aucun producteur ne refuse. En théorie ce label permettra au thé rooibos d'être vendu deux fois plus cher selon une étude statistique de la commission européenne.

Et surtout cette AOP garantit à l'Afrique du Sud de ne pas avoir de concurrent qui portent le même nom, dans l'union européenne, puisque seul le thé cultivé en Afrique du Sud, dans la région du Cap-Occidental et une partie du Cap-Nord peut désormais prétendre à l'appellation. Pour l'Afrique du Sud qui a déjà mené plusieurs batailles contre des rooibos du Zimbabwe et de Zambie notamment, ce n'est pas anodin. D'autant que sur le marché du thé, la contrefaçon existe.

L’Afrique du Sud produit 15 000 tonnes de rooibos par an dans plus de 300 fermes. C'est une niche sur la planète du thé, rappelle François-Xavier Delmas, acheteur de thé à tous les coins de la planète et fondateur du Palais des Thés, à Paris. Mais, ajoute t-il, c'est aussi un secteur en pleine expansion grâce à un engouement dans les pays occidentaux pour toutes les boissons saines sans théine de type infusion. Le conseil du rooibos n'entend donc pas s'arrêter là. Pour faire valoir la qualité de sa production sur d'autres marchés qu'en Europe il espère maintenant une reconnaissance par l’Organisation mondiale du commerce. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail