En sol majeur

Jeanne Wiltord, un divan pour les Antillais

Audio 48:30
Jeanne Wiltord
Jeanne Wiltord © Jeanne Wiltord

Oyé oyé braves gens, permettez-moi d’ouvrir cet En Sol Majeur avec la citation du poète psychanalyste Joël des Rosiers qui disait «J’appelle théories Caraïbes les groupes d’hommes en larmes, nègres marrons affolés d’amour qui, d’une rive à l’autre, jettent leur langue nationale dans l’eau salée. Voilà notre patrie, disent-ils, dans le patois des colonies

Publicité

Voilà des mots qui circulent dans la pensée de notre invitée, née en Martinique, docteur en psychiatrie et psychanalyste, membre de l’Association lacanienne internationale, madame Jeanne Wiltord. En s’appuyant sur son expérience clinique auprès de ses patients et sur une familiarité de regard avec la littérature antillaise, elle analyse les conséquences de la violence de l’esclavage notamment sur la langue créole. Elle le fait dans un essai qui emprunte son titre à Jean Genet Mais qu’est-ce que c’est donc, un Noir... et d’abord un Noir, c’est de quelle couleur ? paru aux Éditions des crépuscules. 

Les choix musicaux de Jeanne Wiltord 

Celia Cruz Yerbero moderno

Léona Gabriel Asi paré

Nina Simone Mississippi Goddam

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail