Invité international

Afghanistan: «Cela fait presque vingt ans que les Américains cherchent à se désengager du pays»

Audio 08:10
Des soldats américains en patrouille passent devant l'épave d'une voiture après une explosion dans le district d'Arghandab, dans la province de Kandahar, en Afghanistan, en février 2011.
Des soldats américains en patrouille passent devant l'épave d'une voiture après une explosion dans le district d'Arghandab, dans la province de Kandahar, en Afghanistan, en février 2011. ASSOCIATED PRESS - Allauddin Khan

Près de 20 ans après les attentats du 11-Septembre, les États-Unis vont réduire le nombre de leurs soldats en Afghanistan et en Irak à la mi-janvier 2021, tenant ainsi une promesse faite par Donald Trump malgré les craintes de leurs alliés de voir les groupes extrémistes se renforcer. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, avait estimé lundi que les États-Unis « abandonneraient » leurs alliés en cas de retrait prématuré. Quels risques fait peser le retrait militaire des Américains ? L'analyse d'Élie Tenenbaum, chercheur au Centre des études de sécurité de l'Ifri et coordinateur du Laboratoire de recherche sur la défense (LRD). 

Publicité

Élie Tenenbaum est l'auteur de Partisans et centurions, une histoire de la guerre irrégulière au XXe siècle, aux éditions Perrin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail