Rwanda, au nom du racisme (2/2)

Audio 48:30
La gardienne du mémorial du génocide, Danielle Nyirabazungu,  en 2004, près des crânes des personnes tuées lors du génocide de 1994 dans l’église Ntamara, à Nyamata (Rwanda).
La gardienne du mémorial du génocide, Danielle Nyirabazungu, en 2004, près des crânes des personnes tuées lors du génocide de 1994 dans l’église Ntamara, à Nyamata (Rwanda). © GIANLUIGI GUERCIA/AFP

Le dernier génocide du XXème siècle s’est déroulé à ciel ouvert sur les collines du Rwanda. Entre les mois d’avril et de juillet 1994. Un million de femmes, d’hommes et d’enfants ont perdu la vie, au nom de la haine raciale contre les Tutsi... Un documentaire en deux épisodes.

Publicité

Épisode 2, avec la participation de Hélène Dumas et François Graner.

À partir des archives rwandaises, l'historienne Hélène Dumas revient sur le racisme en acte. Comment l'idéologie de la haine contre les Tutsi est devenue la feuille de route de la mécanique génocidaire ? Tandis que le chercheur François Graner, membre de l’association Survie analyse le rôle joué par la France au Rwanda depuis l'indépendance, à partir des archives françaises et du rapport Duclerc. Quel soutien militaire et diplomatique l'Élysée a apporté au président Habyarimana, puis au président Sindikubwabo, avant, pendant et après le génocide ? 

Archives et témoignages.

À lire

- Hélène Dumas est spécialiste du génocide des Tutsi au Rwanda, chargée de recherche au CNRS à l’Institut d'histoire du temps, elle est l’auteure de «Le génocide au village : le massacre des Tutsi au Rwanda», Paris, Éditions du Seuil et de «Sans ciel, ni terre : paroles orphelines du génocide des Tutsi (1994-2006)», Paris, La Découverte, 2020

- François Graner est chercheur, et membre de l’Association Survie, il est l’auteur de «L’État français et le génocide des Tutsi du Rwanda» avec Raphaël Doridant, aux éditions Agone. 

 

À écouter aussi: Rwanda, au nom du racisme (1/2).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail