Reportage international

Cisjordanie: les effets psychologiques des invasions des maisons par les soldats israéliens

Audio 02:30
Une patrouille de soldats israéliens non loin de Jénine, en Cisjordanie, en mai 2020.
Une patrouille de soldats israéliens non loin de Jénine, en Cisjordanie, en mai 2020. © Jaafar Ashtiyeh/AFP

En Cisjordanie occupée, les Palestiniens sont sujets à l’invasion arbitraire de leur maison par l’armée israélienne. Enracinées dans la violence de l’occupation, ces invasions font partie intégrante de la routine des soldats. Alors, plusieurs organisations israéliennes – Breaking the Silence, Yesh Din et Physicians for Human Right Israël – ont publié un rapport sur le lien entre ces pratiques et le préjudice psychologique sur les Palestiniens.

Publicité

De notre correspondante à Jénine,

L’armée israélienne est arrivée chez lui, fin novembre, sans raison, nous raconte Mohammad*. Professeur et maraîcher, cet homme de 53 ans père de quatre enfants vit près de Jénine. Cette nuit-là, une dizaine de soldats ont cassé la porte et détruit une grande partie de sa maison pendant quatre heures. Toute la famille était placée dans une seule et même pièce, certains des soldats pointant leur arme sur eux, d’autres fouillaient toutes les pièces.

Mohammad ne comprend toujours pas : « Je ne comprends pas. Ils cherchaient des armes, mais je leur ai dit que je n’avais jamais vu d’armes, à part en passant des check-points. Je leur ai dit “Vous pouvez me parler des tomates et courgettes, d’élèves, d’éducation, ça je connais”. Mais les armes, on ne connaît rien, et on n’y croit même pas… » Il a envie de parler, ne s’arrête plus, raconte comment ils ont volé de l’argent, ses légumes et tenter de prendre les bijoux de sa femme.

Un cas qui n’est pas isolé

Il avoue son stress, sa peur et nous explique la difficulté de la reconstruction. Sa fille, 18 ans, est toujours traumatisée. « Ma fille voit un psychiatre, elle doit prendre des médicaments, mais elle a toujours de gros problèmes pour dormir, pour se concentrer. Elle fait toujours des cauchemars, je l’entends crier, et la retrouve toute suante, se parlant à elle-même. Elle ne peut plus ouvrir ses livres pour étudier, et la nuit, elle ne dort pas : elle ferme les yeux, se réveille, ferme les yeux et se réveille… », se désole Mohammad.

Lui et sa famille sont loin d’être des cas isolés. Ces invasions, explique le rapport (à consulter ici, en anglais), font partie des opérations les plus courantes et, pour l’armée israélienne, il n’est pas nécessaire d’avoir un mandat. À tout moment, une maison palestinienne peut donc devenir une cible, que ce soit pour arrêter des habitants, chercher des armes ou juste pour obtenir des informations sur la maison ou encore s’entraîner.

Des conséquences sur la santé mentale parmi les plus élevés au monde

Ces invasions, une heure et demie en moyenne, ont majoritairement lieu tard le soir, non sans violence, ce qui n’est pas sans conséquence sur les populations palestinienne, explique Jumana Milhem, psychiatre et volontaire pour l’organisation israélienne Physicians for Human Rights depuis huit ans. « Ils sont très stressés, surtout à l’intérieur de leur maison, après ces événements, ils ne sentent pas en sécurité. Les femmes ont souvent du mal à retrouver leur comportement normal à la maison, les hommes deviennent plus stressés, plus irrités de manière générale. Et ça, c’est une réaction mentale suite au traumatisme qu’ils ont subi », dit Jumana Milhem.

Et les conséquences négatives sur la santé mentale qui en résultent sont parmi les plus élevés du monde, précise-t-elle. Stress post-traumatique avec des flash-back, trouble du sommeil, hyper-excitation et pour les enfants, dépendance accrue à leurs parents. « Et ces réactions mentales sont des réactions qu’on voit apparaître dans des communautés qui vivent un traumatisme collectif », ajoute Jumana Milhem.

Car ces invasions de maisons ne font que s’ajouter au traumatisme chronique que vivent les Palestiniens en raison de l’occupation.

* Le prénom a été changé

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail