Reportage international

Sur l'île d'Elbe, l'ombre de l'empereur Napoléon Bonaparte plane toujours

Audio 02:39
Vue de Portoferraio, le chef-lieu de l’île d’Elbe. Napoléon Bonaparte a été le souverain d’Elbe jusqu’à sa fuite le 26 février 1815.
Vue de Portoferraio, le chef-lieu de l’île d’Elbe. Napoléon Bonaparte a été le souverain d’Elbe jusqu’à sa fuite le 26 février 1815. © Getty Images/Joe Sohm

Vaincu par la coalition des Prussiens, des Russes et des Autrichiens, Napoléon se voit offrir l’île d’Elbe le 14 avril 1814 lors du traité de Fontainebleau. Arrivé trois semaines plus tard sur l’île italienne, située non loin de sa Corse natale, l’empereur déchu sera le souverain d’Elbe jusqu’à sa fuite le 26 février 1815. Son exil à Elbe laissera une trace profonde qui est encore bien vivante aujourd’hui.

Publicité

De notre envoyé spécial sur l’île d’Elbe,

Dominant les vagues de la Méditerranée, un nid d’aigle veille sur Portoferraio, le chef-lieu de l’île d’Elbe. Nous sommes à la Villa dei Mulini, une des deux résidences où vécu Napoléon sur cette île située entre Corse et Toscane. Une jolie bâtisse aux murs jaunes, construite en 1724 et que l’empereur déchu fit agrandir.

Francesco, le gardien des lieux nous ouvre la propriété. Quelques volées de plus tard, nous voici dans le salon, la pièce principale que Bonaparte a fait construire. La Villa dei Mulini fut la demeure parfaite pour Napoléon surveillé de très près par les Anglais. « Il a choisi cette résidence parce que d’ici il pouvait voir tous les navires qui partaient et qui arrivaient. Et là, si l’on regarde de l’autre côté, la vue domine Portoferraio. Il avait peut-être déjà en tête l’idée de s’échapper », dit Francesco.

► À écouter aussi : Faut-il commémorer Napoléon ?

L’emprunte napoléonienne sur l’île d’Elbe

Les 300 jours d’exil à Elbe de Bonaparte sont pourtant loin de se résumer à cette prison dorée. Souverain prolifique, Napoléon régna en effet sur ce confetti, en le transformant en profondeur. Deux siècles plus tard, les Elbois ont un drapeau, des routes, des écoles, un Code civil, une agriculture florissante : autant d’héritages napoléoniens.

L’historienne Gloria Peria dirige les archives historiques de l’île d’Elbe. Nous la retrouvons sur le port où elle nous montre un des documents les plus significatifs de cette empreinte napoléonienne qui commença même avant l’arrivée de Bonaparte, en 1802, lorsque l’île devient une possession française.

« Ce document est un acte de divorce, il date de 1806, c’est l’unique acte de divorce que j’ai trouvé dans nos archives, mais il est très significatif, car en Italie on parlera désormais de divorce pendant presque plus d’un siècle », explique-t-elle. 

« Napoléon vivra toujours chez les gens ici »

À l’autre bout de l’île, sur la commune de Poggio, coule la « source Napoléon », une eau pure qui jaillit de la montagne et où l’empereur venait se désaltérer et même y trouver des vertus curatives.  

Aujourd’hui une plaque de marbre indique la source où deux siècles après l’empereur, de nombreux Elbois viennent y remplir leurs bouteilles comme Giuseppe et Cira, venus de la ville voisine. « Cette eau est merveilleuse, l’eau de Napoléon est l’une des meilleures eaux d’Europe ! », s’exclame Giuseppe. Et Cira de poursuivre : « Napoléon est toujours vivant… Même s’il n’est plus là, il vit et vivra toujours chez les gens ici, dans leur mémoire. »

► À écouter aussi : Napoléon est dans ta nature

Si les festivités seront réduites en raison de la pandémie, le bicentenaire de la mort de Napoléon sera néanmoins célébré comme il se doit sur l’île d’Elbe. Une messe solennelle, où sera lu l’acte de décès de l’empereur, des reconstitutions avec des figurants ou encore des visites guidées des sites napoléoniens de l’île, en espérant le retour prochain des touristes.

►Pour aller plus loin : le dossier sur Napoléon de RFI Savoirs 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail