Reportage international

Corée du Sud: K-pop, au-delà des idoles, une fabrique à succès bien rodée

Audio 02:44
Les membres du nouveau groupe K-pop Blitzers, lors d'une session de répétitions, le 29 avril 2021.
Les membres du nouveau groupe K-pop Blitzers, lors d'une session de répétitions, le 29 avril 2021. © AFP/Jung Yeon-je

Le marché de la K-pop, générateur de milliards de dollars pour la Corée du Sud, est une façon d’affirmer le soft power du pays à l’échelle internationale. En marque de fabrique, ces groupes de filles et de garçons sélectionnés soigneusement après un processus rigoureux. Rencontre avec sept garçons d'un nouveau boys band fraîchement arrivé sur la scène de la pop à la sauce sud-coréenne.

Publicité

De notre correspondant à Séoul,

Ils sont sept, âgés de 17 et 19 ans à porter les espoirs de la première formation de Wuzo Entertainment. Cette agence de K-pop, nouvelle venue dans le marché, a mis en place Blitzers, un boys band au look aussi conditionné que coloré.

Les membres ont travaillé d’arrache-pied pour en arriver à se lancer sur le marché exigeant de la K-pop. « Par rapport à d’autres groupes, on s’est mis à travailler ensemble assez tard. Moi, ça fait deux ans que je m’entraîne et les autres un peu moins », explique l'un des membres de Blitzers.

► À lire aussi : Corée du Sud: n°1 aux États-Unis, le groupe de K-pop BTS fait la fierté des autorités

Sélections intenses et pluridisciplinaires

Comme pour d’autres, l’agence a fait passer des sélections intenses en danse, en chant, les a fait répéter des jours et des mois durant avant d’arriver à une synchronisation parfaite et de sélectionner les meilleurs pour enfin lancer Blitzers. 

« Je ne savais pas si j’allais commencer à me lancer avec ce groupe. Nous étions environ une vingtaine de stagiaires au début. On devait se surpasser pour montrer à quel point on était bon », confie Chris, le plus jeune des sept. « Je n’étais pas certain du résultat, mais j’ai gardé constamment ma confiance. Et ils ont vu à quel point on pouvait être bons tous ensemble et c’est comme cela qu’on a commencé aussi jeunes ».

Pression colossale

La pression sur leurs épaules est colossale, ils concentrent les investissements et les espoirs de leur agence de production. Sous l’œil de leur manager, Oh Chan-sok, les discours sont policés et la structure semble organisée de manière quasi martiale.

« Ils sont très occupés. Ils se lèvent, vont s’entraîner à la danse. Ensuite, c’est l’entraînement vocal. Il y a aussi des cours d’anglais, et après ils ont du temps libre pour continuer à s’améliorer », détaille le manager. Un temps libre aussi dédié au travail, voilà plus d’un an qu’ils habitent ensemble et qu’ils s’entraînent avant d’arriver à ce lancement tant attendu en ce printemps 2021. 

Surpasser les BTS, l'étape d'après ?

Leur tube, Breathe Again en est déjà à plusieurs millions de vues. Un bon départ qui est seulement une première étape, à entendre Chris. « En tant que groupe, nous voudrions faire un spectacle au Superbowl, parce que je n’ai vu aucune idole le faire », dit-il. Pense-t-il pouvoir faire mieux que BTS ? « Je ne ferais pas de commentaire là-dessus », dit-il en riant.

BTS est la figure de proue de la pop coréenne et groupe international le plus écouté de 2020, une histoire à succès qui fait rêver nombre de jeunes artistes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail