La Hongrie veut accueillir un campus universitaire chinois

Audio 02:35
Vikor Orban en compagnie du Premier ministre chinois, Li Keqiang, en 2017. Le Premier ministre Hongrois ne cesse de torpiller la politique étrangère de l’Union européenne, en refusant de s’associer aux déclarations qui critiquent la répression des droits de l’homme par Pékin.
Vikor Orban en compagnie du Premier ministre chinois, Li Keqiang, en 2017. Le Premier ministre Hongrois ne cesse de torpiller la politique étrangère de l’Union européenne, en refusant de s’associer aux déclarations qui critiquent la répression des droits de l’homme par Pékin. AP - Szilard Koszticsak

En Hongrie, le Premier ministre nationaliste Viktor Orban ne cesse de faire les yeux doux à la Chine. Son gouvernement a acheté des millions de doses du vaccin chinois, confié à la Chine la construction d’une ligne de train entre Budapest et Belgrade.

Publicité

Viktor Orban ne cesse de torpiller la politique étrangère de l’Union européenne, en refusant de s’associer aux déclarations qui critiquent la répression des droits de l’homme par Pékin. Et voilà qu’il invite l’université Fudan de Shanghai à ouvrir son premier campus européen à Budapest. L’affaire inquiète Washington et suscite un vif débat en Hongrie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail