Revue de presse française

À la Une: le réchauffement climatique, l’humanité en péril

Audio 04:32
Les premières conséquences du changement climatique se font déjà ressentir depuis ces dernières années. Dernier exemple en date, en France : la série de violents orages de ces derniers jours.
Les premières conséquences du changement climatique se font déjà ressentir depuis ces dernières années. Dernier exemple en date, en France : la série de violents orages de ces derniers jours. © Getty Images/Alexander Ipfelkofer

Publicité

Le dernier projet de rapport du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, a été dévoilé cette nuit par l’Agence France Presse. Trop tard pour les quotidiens pour l’intégrer dans leur format papier, mais les conclusions alarmistes de ce projet de rapport sont à la Une des sites du Monde ou encore du Figaro.

« Réchauffement climatique : l’humanité à l’aube de retombées cataclysmiques », peut-on lire sur le site du Figaro. « Pénurie d’eau, exode, malnutrition, extinction d’espèces... La vie sur Terre telle que nous la connaissons sera inéluctablement transformée par le dérèglement climatique quand les enfants nés en 2021 auront 30 ans, voire plus tôt, alerte ce projet de rapport des experts climat de l’Onu. Quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les impacts dévastateurs du réchauffement sur la nature et l’humanité qui en dépend vont s’accélérer, assure le GIEC, et devenir douloureusement palpables bien avant 2050. "La vie sur Terre peut se remettre d’un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes", note le résumé technique de 137 pages. "L’humanité, elle, ne le peut pas". »

Famine et pauvreté

En effet, poursuit Le Figaro, « le climat a déjà changé. Alors que la hausse des températures moyennes depuis le milieu du XIXe siècle atteint 1,1 degré, les effets sont déjà graves et seront de plus en plus violents, même si les émissions de CO2 sont freinées. » Conséquence dramatique, parmi d’autres : « "dans tous les systèmes de production alimentaire, les pertes soudaines s’accroissent", observe le rapport, pointant les aléas climatiques comme "principal moteur". Or l’humanité n’est à ce stade pas armée pour faire face à la dégradation certaine de la situation. "Les niveaux actuels d’adaptation seront insuffisants pour répondre aux futurs risques climatiques", prévient le GIEC. Même en limitant la hausse à 2 degrés, jusqu’à 80 millions de personnes supplémentaires auront faim d’ici à 2050 et 130 millions pourraient tomber dans la pauvreté extrême d’ici dix ans. »

Agir dès maintenant !

Malgré tout, relève le site internet du Monde, « en dépit de ses conclusions alarmantes, le rapport offre une note d’espoir. L’humanité peut encore orienter sa destinée vers un avenir meilleur en prenant aujourd’hui des mesures fortes pour freiner l’emballement de la deuxième moitié du siècle. "Nous avons besoin d’une transformation radicale des processus et des comportements à tous les niveaux : individus, communautés, entreprises, institutions et gouvernement", plaide le rapport. "Nous devons redéfinir notre mode de vie et de consommation". »

Des épisodes de moussons en France

Les premières conséquences du changement climatique se font déjà ressentir depuis ces dernières années. Dernier exemple en date, en France : la série de violents orages qu’on a connu ces derniers jours. Hier mardi, encore 50 mm de pluie dans la région de Reims, relève Le Parisien. Du jamais vu. « Ces phénomènes aussi violents que soudains pourraient se multiplier à l’avenir. Climatologue à Météo France, Jean-Michel Soubeyroux, interrogé par le journal, estime que le réchauffement climatique risque de favoriser ces épisodes de précipitations exceptionnelles. "Avec un climat plus chaud, il faut s’attendre dans les années à venir à des événements pluvieux plus intenses". "Ces orages violents, ça ressemble un peu au système de la mousson, observe pour sa part, toujours dans Le Parisien, Michel Masson, céréalier dans le Loiret. Il pleut, il pleut, il pleut et tout à coup le robinet s’arrête". L’agriculteur a le sentiment que la pluviométrie était "bien plus équilibrée il y a trente ans". "Ce qui est impressionnant, observe Christiane Lambert la patronne de la FNSEA, principal syndicat d’agriculteurs, c’est la violence des orages et le fait que ça touche les trois quarts de la France. La répétition des événements est très préoccupante, poursuit-elle, et ça prouve que le changement climatique est à l’œuvre dans toutes ses dimensions". »

Premiers arrivés, premiers servis

Enfin, un match de foot ce soir pour se changer les idées: Portugal-France. Dernier match de poule de l’Euro pour les Bleus. « Certes, déjà qualifiés pour les 8e de finale, les Bleus seraient bien inspirés de s’imposer ce soir et éviter ainsi un chemin escarpé dès les 8e », pointe L’Équipe, d’où ce grand titre : « Premiers arrivés, premiers servis ».

En effet, si elle termine première de son groupe, l’équipe de France aura la tâche plus facile. « Si elle finit leader, précise L’Équipe, la France rencontrera, selon toute vraisemblance, la Suisse en huitièmes, lundi à Bucarest. Si elle termine 2e, elle ira défier l'Angleterre à Wembley, mardi. Si elle échoue à la 3e place, elle affrontera dimanche soit les Pays-Bas à Budapest, soit la Belgique à Séville. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail