Revue de presse internationale

À la Une: les États-Unis ouvrent enfin au monde leurs réserves de vaccins contre le Covid-19

Audio 04:26
Washington a annoncé jeudi 3 juin que 75% des 80 millions de doses de vaccins anti-Covid-19 promises par les États-Unis à des pays étrangers d'ici fin juin seraient distribuées via le dispositif de partage Covax.
Washington a annoncé jeudi 3 juin que 75% des 80 millions de doses de vaccins anti-Covid-19 promises par les États-Unis à des pays étrangers d'ici fin juin seraient distribuées via le dispositif de partage Covax. © AFP/Chandan Khanna/File

Publicité

Face aux critiques mondiales, « assiégée par les demandes des autres nations », explique le New York Times, la Maison Blanche ouvre ses « stocks de vaccins excédentaires aux pays qui en ont le plus besoin », et alors que la demande aux États-Unis a considérablement diminué « avec désormais 63 % des adultes vaccinés ».

« 80 millions de doses au total vont être distribuées, les 25 premiers millions en Amérique latine, en Asie et en Afrique d’ici la fin du mois », note le Washington Post, qui salue « un vrai coup de pouce à l’initiative onusienne Covax qui n’avait jusqu’à présent partagé que 76 millions de doses », précise le Post. Et très vite, promet encore l’administration Biden « le reste des doses, soit plus de 50 millions, vont être distribuées dans les zones actuellement en crise notamment en Inde, en Ukraine, en Irak, mais également en Cisjordanie et à Gaza ». Un don bienvenu « mais qui est loin d’être suffisant », souligne néanmoins le New York Times qui met en avant que d’après certaines études « il faudrait environ 11 milliards de doses pour vacciner 70 % de la population mondiale ».

« Diplomatie du vaccin » : les Américains, après les Chinois et les Russes ?

Le président Biden s’en est en tout cas très vivement défendu hier, dans un communiqué. « Nous ne partageons pas ces doses pour obtenir des faveurs et des concessions, mais pour sauver des vies et pour montrer la voie au monde en mettant fin à la pandémie », propos repris dans l’ensemble de la presse américaine.

Il s’agit donc bien d’une question de leadership mondial, explique le New York Times qui souligne « que Biden est entré en fonction en promettant de rétablir la position de l’Amérique en tant que leader dans le domaine de la santé mondiale ». Et que cette annonce de partage « intervient une semaine avant qu’il ne se rende au sommet du G7 en Cornouailles où l’approvisionnement mondial en vaccins sera au cœur des discussions ».

Pakistan : une province suspend les salaires des fonctionnaires qui refusent d’être vaccinés

Pas de vaccin, pas de salaire, ainsi en a décidé « Murad Ali Shah le ministre en chef de la province », écrit le quotidien Dawn, le journal de Karachi qui explique « que le ministre laisse encore un mois à tous les fonctionnaires pour se faire vacciner », et que « ceux qui refuseront verront leurs salaires suspendus dès juillet ».

« Nous devons assurer la sécurité de nos citoyens en prenant des mesures drastiques », plaide le ministre dans le quotidien pakistanais qui met également en avant « la détérioration de la situation sanitaire dans la province et à Karachi avec une vaccination à la peine et la progression du variant indien », qui ont fait près de « 400 morts le mois passés ».

Netanyahu prêt à tout pour sauver son poste et briser la nouvelle coalition israélienne

En attendant le vote de confiance du Parlement à la nouvelle équipe gouvernementale, d'ici à une semaine « Benyamin Netanyahu multiplie les tentatives de déstabilisation », explique le correspondant à Tel-Aviv du Wall Street Journal qui souligne que le Premier ministre « tente de rallier sa base de droite en accusant son ancien allié et possible successeur Naftali Bennett de s’être vendu à Ra'am, le parti de la minorité arabe du pays ».

Toutes les attaques de Netanyahu « se concentrent sur Bennett », note de son côté Le Temps qui estime que ce dernier « va devoir avoir les épaules solides pour résister aux attaques de Bibi, un animal politique qui ne lâche jamais ses proies ». « Le futur chef du gouvernement vit désormais sous protection renforcée », rapporte encore Le Temps « ces derniers jours les partisans de Bibi ont fait le siège du domicile de Bennett en hurlant à la trahison ».

20 ans après le dernier vol du Concorde, le retour des voyages supersoniques

« De New York à Londres en 3 heures et demie », titre le Washington Post qui à l’instar de l’ensemble de la presse semble se réjouir du possible retour des voyages supersoniques après l’annonce de la compagnie américaine United Airlines d’acheter « 15 avions ultrarapides à la start-up Boom Supersonic ».

« Un pari de plusieurs milliards de dollars », dit encore le Post, c’est « la résurrection des voyages à grande vitesse », souligne le Wall Street Journal. « Le premier avion d’essai devrait être prêt en 2025, pour une mise en service en 2029 », rapporte de son côté le Suddeutsche Zeitung.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail