Revue de presse internationale

À la Une: Biden défié par Vladimir Poutine, dès son arrivée en Europe

Audio 05:14
Alors que Joe Biden vient en Europe pour convaincre ses alliés de la nécessité de contenir les régimes autocrates comme la Russie, Biden ne va pas avoir la tâche facile avec Poutine, note le «Washington Post».
Alors que Joe Biden vient en Europe pour convaincre ses alliés de la nécessité de contenir les régimes autocrates comme la Russie, Biden ne va pas avoir la tâche facile avec Poutine, note le «Washington Post». © AP/Sergei Ilyan

Publicité

Avec l’interdiction en Russie des groupes liés à l’opposant Navalny « Poutine envoie un message clair à Biden », titre le New York Times qui explique que cette décision « prise une semaine seulement avant leur sommet », est le signal que « le président russe ne tolérera aucune discussion, aucune ingérence dans les affaires intérieures de son pays ». Et voilà qui « fait monter les enjeux », de la rencontre en tête à tête prévue mercredi prochain en Suisse entre les deux présidents, ajoute le quotidien américain, « alors que Joe Biden a promis de dire son fait au président Poutine » et « de s’opposer notamment aux violations des droits de l’homme en Russie ».

Alors qu’il s’en vient précisément pour convaincre ses alliés européens de la nécessité de contenir les régimes autocrates comme la Russie, Biden ne va pas avoir la tâche facile avec Poutine, note de son côté le Washington Post qui souligne « que le président russe est très rusé, un survivant politique dont l’ancienneté au pouvoir approche celle de Biden ». Comme Washington, l’Union européenne a en tout cas « fermement condamné la décision de la justice russe », d’interdire l’organisation de Navalny, souligne dans son ensemble la presse américaine en ligne ce matin « une décision infondée », pour les Européens, « particulièrement inquiétante », selon les Américains.

Brexit et Irlande du Nord au cœur du premier entretien Biden - Johnson

Un premier tête-à-tête qui s’annonce compliqué, explique la presse britannique dans un contexte brouillé par le dossier du Brexit et notamment « l’impasse sur la mise en œuvre du protocole nord-irlandais entre Bruxelles et Londres », souligne le Financial Times qui indique « que le président Biden va faire pression sur Boris Johnson pour qu’il travaille au règlement de ce conflit avec l’Union européenne ».

« Joe Biden va se positionner comme le maître d’école qui doit rabibocher d’anciens camarades quitte à taper sur les doigts », explique également de son côté Le Soir, le quotidien belge qui souligne « que Biden ne permettra pas (en tout cas) que la paix en Irlande du Nord, la patrie de ses ancêtres ne devienne “une victime du Brexit” ». « La guerre des saucisses », comme l’appelle la presse britannique doit donc cesser, « Londres et Bruxelles doivent trouver un compromis sur les contrôles des produits britanniques carnés arrivant en Irlande du Nord », martèle le Daily Mirror. À défaut, fait valoir Le Soir « les États-Unis pourraient de leur côté menacer de bloquer tout accord commercial avec Londres ». 

Le riz basmati sème encore la discorde entre l’Inde et le Pakistan

« L’Inde et le Pakistan portent la bataille du riz basmati devant l’Union européenne », titre le Malta Times qui rapporte que « l’Inde veut la propriété exclusive de l’appellation Basmati sur le marché européen déclenchant ainsi un conflit qui pourrait porter un coup majeur à la position du Pakistan ». Des années que dure ce conflit entre les deux puissances ennemies, seules productrices au monde de ce riz parfumé.

Et l’éditorialiste du quotidien pakistanais Dawn d’appeler le gouvernement à agir vite « en vue d’un compromis avec le voisin indien », pour défendre un marché « d’exportation vital », avec 35 % de part de marché, le Pakistan exporte pour « près de 1 milliard de dollars de riz basmati », dans le monde.

JO de Tokyo : la presse étrangère tracée pas à pas, via le GPS

Le Asahi Shimbun rapporte que « les autorités japonaises prévoient de surveiller strictement les déplacements des médias étrangers en utilisant le GPS pour suivre leurs smartphones ».

Les autorités espèrent ainsi « empêcher les journalistes de se rendre dans des endroits où ils ne sont pas inscrits à l’avance - note le quotidien japonais - et ce, pour limiter la propagation du Covid ». Les téléphones des journalistes seront ainsi suivis « pendant deux semaines, à compter de leur arrivée au Japon », précise le Asahi Shimbun.

La grande aventure culinaire des 15 éléphants qui traversent la Chine

Déjà plus de 500 km parcourus pour ces éléphants qui sont devenus de véritables stars des médias sociaux dans le monde entier, mais qui au fil de leur voyage et « de leurs rencontres avec les humains », prennent de curieuses et dangereuses habitudes souligne le Wall Street Journal, qui rapporte que dans les villes traversées « au lieu de l’herbe et des arbustes plus difficiles à trouver, les éléphants ont pris goût aux réserves de maïs, de canne à sucre et même d’alcool », autant de réserves qu’ils pillent avec délice.

« Pour eux, c’est comme un grand magasin de bonbons », explique une zoologiste pour qui « lorsqu’ils sentent de l’alcool ils cherchent en fait le fruit dont il est fait ». « Un éléphanteau s’est ainsi évanoui après avoir absorbé un alcool fermenté, - raconte encore le quotidien américain, il n’a pu rejoindre son troupeau que le lendemain ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail