Tous les cinémas du monde

«Si le vent tombe» et la tragédie du Haut-Karabakh

Audio 48:30
Nora Martirosyan.
Nora Martirosyan. © Robert Terzian

Qu’est-ce qui fonde un pays ? Un peuple ? Une langue ? Une religion ? Une communauté de destin ? Un film sorti mercredi (26 mai 2021) nous emmène dans un territoire qui a eu droit aux Unes des journaux, il y a quelques mois, à peine : le Haut-Karabakh, ce territoire grand comme un département français, enclave montagneuse située en Azerbaïdjan, mais de population arménienne.

Publicité

Au moment de l’explosion de l’URSS, le Haut-Karabakh a déclaré son indépendance en 1991, conduisant à un premier conflit. Trois ans plus tard, un cessez-le-feu signé, le Haut-Karabakh se rebaptise République d’Artsakh, mais l’État n’est reconnu par aucun pays.

Et c’est à Stepanakert que débarque un Français, joué par Grégoire Colin, chargé de dresser un audit de l’aéroport pour savoir s’il peut, ou non, ouvrir.

Le film, intitulé Si le vent tombe, c’est le premier long métrage de la plasticienne d’origine arménienne Nora Martirosyan.

 

À l’affiche de notre cinéma également cette semaine, un autre long métrage, celui d’une autrice de bandes dessinées Nine Antico, avec Playlist.

On ira également à Mayotte où un ancien étudiant de la Femis a initié au cinéma des lycéens passionnés, et puis en Italie, faire le point de la réouverture des salles.

 

Pauses musicales : Lou Doillon et Cat Power It’s you et November Ultra Miel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail