Une histoire à soi, ou les enjeux et les douleurs de l’adoption internationale

Audio 48:30
«Une histoire à soi», réalisé par Amandine Gay.
«Une histoire à soi», réalisé par Amandine Gay. © Une histoire à soi

Ils s’appellent Justine, Mathieu, Nicolas ou Céline et Anne-Charlotte. Mais dans une autre vie, pendant ne serait-ce que quelques mois, ils ont été nommés Joohee, Matheus, Niyongira ou Chandralatha dans leur pays d’origine, la Corée du Sud, le Brésil, le Rwanda ou le Sri Lanka. Un film documentaire, Une histoire à soi, donne à entendre les témoignages, les parcours de vie parfois chaotiques et douloureux de cinq personnes adoptées en France. Que racontent ces destins de l’importance de connaître ses origines, son histoire, des rapports Nord-Sud aussi ? C’est ce que nous explorons avec la réalisatrice Amandine Gay.

Publicité

Quatre ans après son premier long métrage «Ouvrir la voix», dans lequel elle donnait la parole à 24 femmes afro-descendantes, la documentariste revient donc avec un sujet qu’elle aborde de la même façon sous un angle novateur. 

  

À l’affiche également de notre émission cette semaine, nous feuilletons le petit journal du cinéma avec Elisabeth Lequeret, et nous allons à Haïti où notre correspondante Amélie Baron a pu rencontrer la réalisatrice Gessica Geneus qui portera les couleurs de son pays au festival de Cannes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail