Écouter le monde

Rêve sonore de villes disparues

Audio 02:29
Image tirée de la série d'Écouter le monde «Rêve sonore de villes disparues».
Image tirée de la série d'Écouter le monde «Rêve sonore de villes disparues». Pascale Evrard

Quels sons urbains éveillent en nous des émotions ? Comment et pourquoi ? De quelle ville sonore rêvons-nous ?

Publicité

Rediffusion du 29/02/2020

Lancé par la plateforme Écouter le monde, l’appel à participation « La ville rêvée » a invité des contributeurs du monde entier à capter et à transmettre des sons de leur environnement, désormais cartographiés et en libre accès sur la carte des sons. Mais comment bâtir « La ville rêvée » ? Est-elle mosaïque sonore, composée d’échos multiples d’autres cités ? Des auteurs et artistes s’emparent de paysages sonores pour construire leur « ville rêvée », réelle ou imaginaire.

Avec les contributeurs d’Écouter le monde, Monica Fantini a imaginé une ville fantôme. « Rêve sonore de villes disparues » se compose des cris de vendeurs ambulants de ferrailles, chiffons, ballons de toutes les couleurs ; des nuages de vapeur du train du début du siècle dernier, d'une sirène d’une usine qui a fermé… Une cité fantôme qui surgit du passé. Avec les contributions suivantes :

- Vendeurs ambulants de ferrailles, chiffons et ballons, dans les rues de Paris en 1950, archives de Michel Créïs,

Le train à vapeur de Bento Gonçalves au Rio Grande do Sul, au Brasil, de Monica Fantini et Xabier Erkizia,

La sirène de la Mairie centrale de Bobo-Dioulasso, de Monica Fantini,

La sirène de l’usine de Puerto de Sagunto, Valence en Espagne, de Pedro Montesinos.

Pascale Evrard

À travers des enregistrements de la vie ici et là et de créations sonores, la plateforme participative d’Écouter le monde se propose de collecter, d’éditer, d’archiver et d’exploiter un patrimoine sonore mondial.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail