Accéder au contenu principal
Les dessous de l'infox, la chronique

Emmanuel Macron et l’obligation de vaccination: désinformation

Audio 03:15
Une infirmière vaccine un patient lors d'une campagne de vaccination à Nice en octobre 2015.
Une infirmière vaccine un patient lors d'une campagne de vaccination à Nice en octobre 2015. REUTERS/Eric Gaillard
Par : Sophie Malibeaux

En Europe, la situation sanitaire s’améliore et les pays sortent prudemment du confinement. L’heure est aux bilans sur la gestion de la crise. La Commission européenne estime notamment qu’il faut renforcer les outils de lutte contre la désinformation, car le phénomène a sérieusement compliqué la riposte contre le virus, et ce n’est pas fini.

Publicité

Tant que l’on ne disposera ni d’un traitement efficace reconnu, ni d’un vaccin pour contrer une éventuelle nouvelle vague d’infection, la désinformation va continuer de se répandre. Dernière infox en date, repérée sur les réseaux en Afrique : Emmanuel Macron aurait déclaré que « tout pays africain qui ne voudra pas que sa population utilise le vaccin européen contre le Covid-19, sa population ne voyagera plus en Europe ». Cette déclaration est une pure invention. Le ministère français des Affaires étrangères sollicité par l’Agence France Presse affirme que la citation « n’a aucun fondement », même démenti de la part du porte-parole de la Commission européenne en France Guillaume Roty interrogé par TV5 Monde.

Message douteux sur le fond et la forme

La fausse déclaration a fait des dizaines de milliers de vus, et de partages, suscitant des commentaires indignés. Pourtant, la formulation du message est bien peu crédible. Outre le fait qu’il n’existe pas encore de vaccin et que l’on n’a aucune assurance à ce stade qu’il y aura même un vaccin « européen » tel que spécifié dans le message, dans tous les cas, Emmanuel Macron ne serait pas en mesure de faire une telle déclaration, pour une raison simple, ce n’est pas le président de la France qui décide de la politique vaccinale en Europe. La politique en la matière relève de la compétence nationale. Et ce n’est pas lui non plus qui pourrait décider de qui entre ou n’entre pas sur le sol européen.

Fact checking détourné

La même infox est relayée sous des formes variées. L’AFP l’a trouvée par exemple sur la page Facebook du groupe « Les activistes africains », avec la photo de Macron lors d’un discours en Pologne le 3 février dernier où il n’a en réalité abordé ni le sujet du vaccin ni le coronavirus. Sur le groupe WhatsApp « Les dessous de l’infox », un auditeur a posté une autre version, particulièrement intéressante à vérifier. La fausse déclaration apparait dans un très court extrait vidéo, dans la bouche de notre confrère de TV5 Monde Antoine Fonteneau. En réalité le journaliste était en train de démonter la rumeur, mais il est coupé au montage, ce qui donne exactement l’effet inverse, et fausse le contenu de son travail aux yeux de ceux qui ne verraient que l’extrait présenté.

Dans les faits, Emmanuel Macron a eu l’occasion de s’exprimer récemment au sujet de la vaccination. C’était le 4 juin dernier au Sommet mondial sur la vaccination. Il a en effet parlé du futur vaccin contre le Covid-19 pour dire qu’il faudrait en faire un bien public mondial, pour que tous puissent en bénéficier à bas prix dans le monde entier, mais il n’a jamais parlé d’obligation vaccinale au sujet du Covid-19.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.