Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

L'Europe pourrait manquer de pétrole en 2030, selon le Shift Project

Audio 02:00
Une plateforme offshore d'exploitation de pétrole.
Une plateforme offshore d'exploitation de pétrole. Getty Images/HeliRy

L’Europe pourrait manquer de brut d’ici la fin de la décennie, estiment les experts du Shift Project, si elle n’opère pas une transition énergétique suffisamment ambitieuse.

Publicité

L’approvisionnement pétrolier de l’Europe est menacé, avertit le Shift Project. Ce groupe d’expert dirigé par l’économiste Mathieu Auzanneau regroupe d’anciens cadres de chez Total et il s’est procuré les toutes dernières données de Rystad, l’agence norvégienne d’intelligence économique, sur les ressources et réserves pays par pays et champ par champ de l’industrie pétrolière.

Verdict : plus de 50 % de l’approvisionnement de l’Union européenne est voué au déclin. C’est « l’hiver du pétrole facile », commente le rapport (à consulter ici). La Russie, qui fournit 30 % de l’approvisionnement européen, verra sa production chuter de 9 % dans les dix ans qui viennent. Déclin encore plus fort de l’offre des pays du golfe de Guinée, -30 % pour le Nigeria et l’Angola, -45 % pour le Gabon et le Congo-Brazzaville. L’offre de l’Algérie devrait continuer sa chute, -13 %.

► À écouter aussi : Pétrole et environnement, le coronavirus change-t-il la donne ?

Chute annoncée de l’offre de la Russie et de l’Afrique

Or l’Afrique constitue 10 % de l’offre pétrolière de l’Europe. À part l’Arabie saoudite dont la production devrait rester solide, et l’Irak dont l’offre est promise à une forte croissance, les autres fournisseurs de l’Europe ont des potentiels incertains, que ce soit l’Iran, la Libye, la Norvège, le Royaume-Uni, le Mexique, le Brésil, le Canada ou les États-Unis.

D’autant que la crise du Covid-19 a fait s’effondrer les investissements, un nouveau miracle dans les schistes est très compromis. En extrapolant les données de Rystad, The Shift Project prévoit que d’ici 2030, l’offre des fournisseurs actuels de l’Europe diminuera de 1 % à 8 %.

Risque de sevrage brutal sans politique climatique adaptée

La baisse de la consommation n’allant pas aussi vite sur le Vieux Continent, il y a un danger de sevrage brutal de pétrole pour l’Europe. « Si l’Union européenne ne réussit pas à implémenter les politiques climatiques »adéquates,« elle risque d’être rattrapée par la voiture-balai du pic pétrolier ! », avertit le Shift Project.

► À lire aussi: Covid-19, un effondrement du pétrole, mais une hausse de l'utilisation du plastique ?

Facteur aggravant, la demande mondiale va grandir dans les pays émergents, en particulier en Asie et dans une moindre mesure en Afrique, alors que leur production va baisser. Il faudra trouver 11 millions de barils supplémentaires, soit la consommation actuelle de l’Union européenne, qui sera donc mise en concurrence avec le reste du monde sur ses approvisionnements.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.