Afrique économie

Congo-Brazzaville: reprise du trafic ferroviaire entre Brazzaville et Pointe-Noire

Audio 02:14
Une vue de Brazzaville (Photo d'illustration)
Une vue de Brazzaville (Photo d'illustration) ©creative commons/ODILRAK91

Au Congo-Brazzaville, le transport des voyageurs entre la capitale et Pointe-Noire a repris au cours de ce mois de juillet, après une interruption de quatre ans, à cause de la crise qui a marqué ces dernières années la région du Pool, voisine de Brazzaville et traversée par le chemin de fer. Le trafic des marchandises, lui, avait été relancé en novembre 2018. Les premiers passagers qui ont inauguré cette reprise, il y a quelques jours, sont ravis.

Publicité

C’est un jour de week-end, en milieu d’après-midi, qu’une locomotive traînant huit wagons transportant des passagers a fait son entrée en gare centrale de Brazzaville. Ceux qui ont effectué ce premier voyage, qui a duré de longues heures entre les deux principales villes du Congo, n’ont pas caché leur satisfaction.

« Pendant le voyage, on n’a pas eu de difficultés. Le voyage par train nous permet de visiter les paysages, parce que nos enfants aujourd’hui ne connaissent pas ces paysages pour certains. Aller dans le bus, c’est tellement trop rapide et on ne peut pas savoir que nous sommes à telle ou telle gare. Ça me fait énormément plaisir de voyager en train. Le voyage s’est bien passé, mise à part l’histoire du couvre-feu : dans les gares à partir de 22h, il n’y a personne pour proposer des produits. »

Pacification du Pool

Mermans Babounga ignore quand il est monté dans un train pour la dernière fois. Pour ce responsable de l’Observatoire congolais des droits des consommateurs, la reprise du trafic des passagers sur le chemin de fer signifie que la province du Pool est pacifiée.

« C’est une bonne chose et c’est un signal qui annonce l’achèvement du processus de pacification du département qui est traversé par le chemin de fer Congo-Océan, déclare-t-il. Maintenant, le plus dur, c’est la sécurisation des voyageurs et de leurs biens. Parce que dans certaines gares, malheureusement, l’héritage des crises que notre pays a connues a laissé de mauvaises habitudes parmi les voyageurs de ces trains. »

Cette reprise profite bien au pays qui va continuer à jouer un rôle stratégique dans la sous-région, analyse Mermans Babounga. « On peut dire que c’est la bonne saison et que le Congo commence à retrouver progressivement son rôle de pays de transit », selon lui.

Ministre en charge des Transports, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas espère qu’avec le retour des trains passagers, le chemin de fer Congo-Océan (CFCO) va améliorer son chiffre d’affaires. « Evidemment le CFCO, grâce à cette reprise du trafic, va voir ses ressources financières aller en nette amélioration, estime-t-elle. Il est bon que le trafic entre les deux grandes villes de notre pays soit rétabli afin qu’il y ait cette libre circulation des personnes et des biens. » Épine dorsale de l’économie congolaise, le chemin de fer n’a pas pu être privatisé au début des années 2000.

À lire aussi : Congo-Brazzaville: le trafic passager reprend sur la ligne Congo-Océan

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail