Accéder au contenu principal
Européen de la semaine

Russie: Mikhaïl Michoustine, de l'ombre à la lumière

Audio 03:36
Mikhaïl Michoustine, Premier ministre russe.
Mikhaïl Michoustine, Premier ministre russe. ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP

C’est la surprise de cet hiver : la Russie a depuis la mi-janvier un nouveau gouvernement. Il a été nommé une semaine à peine après l'annonce d'une révision surprise de la Constitution suivie de la démission du Premier ministre Dmitri Medvedev. Pour remplacer le chef du gouvernement devenu impopulaire, Vladimir Poutine a pris tout le monde de cours en nommant un haut fonctionnaire inconnu du grand public : Mikhaïl Michoustine était jusque-là le patron du fisc russe. Son portrait.(Rediffusion du 26/01/2020)

Publicité

De l’ombre à la lumière en un rien de temps. Citant une source proche du Kremlin, le Financial Times va jusqu’à affirmer que Mikhaïl Michoustine n’aurait appris sa nomination qu’après la démission de Dmitri Medvedev. Une thèse que conteste le politologue Alexei Moukhine, qui a ses entrées au Kremlin « Ça ne s’est pas passé comme ça. Des observateurs ont constaté que Mikhaïl Michoustine assistait à une série de réunions avec Vladimir Poutine, réunions où d’habitude le chef du fisc n’était pas convié. Mais personne ne comprenait pourquoi. Tout est devenu clair après la démission de Dmitri Medvedev. Monsieur Michoustine a des nerfs d’acier et c’est pour ça qu’il n’a pas vendu la mèche », dit-il.

► À écouter aussi : Une nouvelle donne politique en Russie ?

Des nerfs d’acier, mais aussi des talents d’organisateur et de modernisateur dont il a fait preuve à la tête du Service fédéral des impôts pendant 10 ans. « Il a ces dernières années mis en place toute une série de systèmes qui permettent non seulement de lever les impôts de façon plus efficace, mais aussi de surveiller les actions des citoyens et des contribuables », explique Clémentine Fauconnier, docteure associée au CERI, spécialiste de la vie politique russe. Puis d’ajouter : « Cela lui a valu à la fois une très bonne réputation auprès de ceux qui le connaissaient déjà dans les cercles du pouvoir, et aussi ce qui fait qu’il a un profil de technocrate et qu’il s’inscrit tout à fait dans la base de désignation, à tous les niveaux du pouvoir qu’on a pu observer ces dernières années, où ce type de profil qui a été particulièrement favorisé par Poutine, par exemple, quand il s’agit de désigner les gouverneurs en régions. »

Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre Mikhaïl Michoustine avec les membres du nouveau gouvernement à Moscou, le 21 janvier 2020.
Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre Mikhaïl Michoustine avec les membres du nouveau gouvernement à Moscou, le 21 janvier 2020. Sputnik/Aleksey Nikolskyi/Kremlin via REUTERS

Le rôle de Michoustine dans le gouvernement

Le technocrate Michoustine, ingénieur de formation, docteur en sciences économiques et Moscovite, remplace le juriste et Pétersbourgeois Dmitri Medvedev, discrédité et impopulaire notamment pour n’avoir pas réussi à redresser le niveau de vie de la population. Ce sera la tâche prioritaire du nouveau Premier ministre comme il l’a lui-même annoncé devant les députés. « Notre priorité ce sont les enfants, les familles et l’augmentation de leur niveau de vie », a-t-il déclaré.

► À lire aussi : Russie, un nouveau gouvernement sans grand changement

Si Vladimir Poutine a gardé ses ministres clés aux Affaires étrangères, à la Défense et aux Finances, les portefeuilles plus « sociaux » sont remaniés. Les talents d’organisateur de Mikhail Michoustine ne seront pas de trop pour la tâche qui leur est assignée. « Les nouveaux ministres ont carte blanche pour mettre en œuvre les réformes de Vladimir Poutine. Mais ce sont des gens jeunes et bien que bons spécialistes, ils n’ont pas de poids politique et ils ne peuvent pas peser sur l’administration. Ils vont devoir lutter contre l’inertie du système bureaucratique russe. Mikhail Michoustine peut les y aider. Il est l’un des meilleurs spécialistes de l’organisation du travail et il n’a pas de poids politique et c’est justement ce qui convient à Vladimir Poutine », commente Alexei Moukhine.

Le nouveau Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine a délivré un bref discours devant la Douma, jeudi 16 janvier 2020.
Le nouveau Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine a délivré un bref discours devant la Douma, jeudi 16 janvier 2020. The State Duma/HO via Reuters

Un technocrate pas si terne que ça

Mikhail Michoustine, un technocrate de 53 ans, jusque-là très discret, mais pas si terne que ça. Féru de hockey, comme Vladimir Poutine, il est aussi poète et musicien à ses heures. Il a notamment composé la musique d’une chanson de l’artiste pop Grigory Leps. Un hobby qu’il préfère toutefois ne pas trop afficher… Tout comme les revenus attribués à son épouse. « L’opposant Alexeï Navalny qui s’est spécialisé dans la lutte contre la corruption, la dénonciation du mode de vie des élites, a fait une petite enquête sur lui », explique Clémentine Fauconnier. « Il a notamment relevé le fait que son épouse, qui est sans activité professionnelle, est à la tête d’une somme assez importante, évaluée à peu près à 11 millions d’euros. Alexeï Navalny s’interroge sur la façon dont éventuellement le couple Michoustine se serait enrichi ces dernières années. »

Le Premier ministre n’a pas fait de commentaire, mais le journal Kommersant affirme que cette importante somme provient de placements. Pas de quoi convaincre Alexeï Navalny dont les équipes s’interrogent désormais sur l’origine de la fortune de la sœur de Mikhaïl Michoustine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.