Accéder au contenu principal
Religions du monde

Sainte-Sophie d’Istanbul, la basilique otage

Audio 48:30
Sainte-Sophie d'Istanbul.
Sainte-Sophie d'Istanbul. Frank Bienewald/LightRocket via Getty Images
Par : Geneviève Delrue

Publicité

Religions du Monde - Dimanche 2 août 2020 - 11h10-12h00


En 1934, Mustapha Kemal, le père de la Turquie moderne, dans un geste adressé au monde donnait à la basilique byzantine, devenue une mosquée en 1453, lors de la prise de Constantinople, le statut de musée.
Le vendredi 24 juillet 2020, suite au feu vert du Conseil d’État de retransformer Sainte-Sophie en mosquée, une demande de longue date du président turc, un premier culte était célébré. Pour Christian Makarian, journaliste, essayiste spécialiste de géopolitique, il s’agit d’une affaire turco-turque : Recep Tayyip Erdogan veut devenir le nouvel Atatürk version islamique. 
Une pétition auprès des instances internationales pour le retour de Sainte-Sophie à son statut antérieur de musée a réuni des intellectuels, universitaires et membres de la société civile. Tigrane Yegavian, journaliste, essayiste auteur du livre «Chrétiens d’Orient les oubliés de l’histoire» (Éditions du Rocher) a signé cette pétition.

La France au secours du système éducatif libanais. Pour participer au sauvetage des écoles privées du Liban qui sombre dans la faillite et s’enfonce dans la misère, la France versera 15 millions d’euros. Annonce faite par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, lors de sa récente visite à Beyrouth. Avec la chute vertigineuse du pouvoir d’achat et la suspension des subventions de l’État, 80% de ces écoles sont menacées de ne pouvoir rouvrir leurs portes en septembre 2020. Or, ces écoles sont un gage d’ouverture et de mixité religieuse, comme l’explique Antoine Fleyfel, théologien et philosophe franco-libanais, directeur de l’Institut Chrétiens d’Orient qui ouvrira ses portes le 1er octobre 2020 à Paris.

Louis Massignon « Le catholique musulman » : Rediffusion de l’entretien réalisé avec Manoël Penicaud, à propos de sa biographie (Bayard) consacrée à cette figure majeure du dialogue islamo-chretien. Manoël Penicaud, anthropologue spécialiste des relations interreligieuses, chargé de recherche au CNRS à Aix-en- Provence, est l’un des commissaires de l’exposition « Lieux saints partagés », présentée en 2005 au Mucem à Marseille.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.